L’inaction criminelle de la coalition occidentale face à l’Etat islamique au Levant

vendredi 22 mai 2015
popularité : 37%

L’État islamique s’est entièrement emparé de Palmyre ce jeudi 21 mai 2015. Hadrien Desuin, dénonce l’inaction de la coalition qui préfère sacrifier la cité antique plutôt que d’apporter son concours à Bachar al-Assad.


Ancien élève de l’École spéciale militaire de St-Cyr puis de l’École des officiers de la Gendarmerie nationale, Hadrien Desuin est titulaire d’un master II en relations internationales et stratégie sur la question des Chrétiens d’Orient, de leurs diasporas et la géopolitique de l’Égypte, réalisé au Centre d’Études et de Documentation Économique Juridique et social (CNRS/MAE) au Caire en 2005. Il a dirigé le site Les Conversations françaises de 2010 à 2012. Aujourd’hui il collabore à Causeur et Conflits où il suit l’actualité de la diplomatie française dans le monde.


« Le 13 mai, l’offensive de l’État islamique débutait à Palmyre, carrefour névralgique du désert syrien et vestige antique d’une civilisation bel et bien disparue. Deux grosses larmes de crocodiles ont coulé sur les joues de Laurent Fabius et François Hollande. Une semaine plus tard, une contre-offensive djihadiste fait reculer l’armée syrienne fidèle à Bachar Al-Assad. Laquelle doit céder à nouveau le nord de la ville après l’avoir repris quelques heures. Les combats continuent, pourtant la coalition anti-Daesh emmenée par les occidentaux détourne pudiquement le regard.
Les combats continuent, pourtant la coalition anti-Daesh emmenée par les occidentaux détourne pudiquement le regard.

Elle continue de bombarder avec succès les positions djihadistes face aux kurdes, hier à Kobané et aujourd’hui à Hassaké, mais Palmyre l’indiffère. Quelques raids aériens bien guidés auraient pu stopper net les colonnes du Djihad. Mais parce que ce sont des alaouites qui résistent à la barbarie, rien ne sera fait.

L’indignation de la communauté internationale est unanime, la directrice générale de l’Unesco Irina Bokova s’active pour sauver Palmyre. Jack Lang, président de l’institut du monde arabe, a pris les accents des soldats de l’an II sur Europe 1 : « il faut massacrer ces massacreurs et sauver Palmyre ! » Décidément ses camarades font peu de cas de nos racines gréco-latines. La culture n’a pas d’importance quand les « méchants » la défendent. Comme si l’Occident ne parvenait pas à sortir de son manichéisme pour prendre la moins mauvaise des solutions.

Cette indignation stérile s’explique aisément : la bataille de Palmyre remet en cause le dogme de l’alliance tacite entre Bachar et l’EI. C’est le conte que rabâche depuis quatre ans les chantres de « l’opposition syrienne » : Bachar et l’EI sont alliés, ils sont les deux têtes d’un même hydre bicéphale. Tandis que des combats opposent depuis des années les troupes loyalistes aux soldats du califat à Der Ez Zor, à Damas et ailleurs ; tout est fait pour minimiser sinon effacer la part que prend l’armée loyaliste dans la lutte contre Daesh.

Cette indignation stérile s’explique aisément : la bataille de Palmyre remet en cause le dogme de l’alliance tacite entre Bachar et l’EI.

Une fable qui cède le plus souvent à la facilité complotiste : l’EI est une créature de Bachar Al-Assad. Conclusion imparable des derniers rêveurs du printemps arabe : pour vaincre Daesh, il faut renverser Bachar. Et si, après Palmyre, c’était l’État islamique qui renversait Bachar, le maître de Damas serait-il encore coupable ?
Parce qu’on préfère sacrifier un pan entier de notre civilisation plutôt que de donner une victoire à Bachar, rien ne sera fait pour sauver Palmyre.

Soucieuse de se montrer réactive, la diplomatie française se hâte lentement. Elle a décidé de prendre une initiative bien de chez nous ; Ses partenaires internationaux, dont John Kerry, sont invités le 2 juin à Paris, pour une réunion. Mais que sera Palmyre dans douze jours ? Il suffit d’un ordre pour modifier la trajectoire de nos aéronefs qui bombardent l’EI de l’autre côté de la frontière syrienne. On voudrait enterrer Palmyre discrètement qu’on ne s’y prendrait pas autrement.

Parce qu’on préfère sacrifier un pan entier de notre civilisation plutôt que de donner une victoire à Bachar, rien ne sera fait pour sauver Palmyre. Dans une quinzaine de jours, quand nos diplomates se réuniront au quai d’Orsay, les ruines fumantes de la ville porteront d’autres stigmates que celles du temps, celles de la furie et de l’indifférence des hommes, celles des duels d’artillerie. Une deuxième fois, et quelque soit le vainqueur, Palmyre sera détruite ».

Source

le figaro vox

Les Etats occidentaux, alliés de la Turquie et acceptant son double jeu, alliés de l’Arabie saoudite, du Qatar, laissent ainsi se détruire des traces majeures de civilisations antiques en Irak, en Syrie et probablement à Palmyre, et laissent se perpétrer des massacres monstrueux, des génocides de populations chrétiennes et d’autres minorités notamment en Irak et Syrie.

Leurs actions insuffisantes, leurs atermoiements, leurs incapacités de reconnaître leurs erreurs diplomatiques, les disqualifient à jamais pour se présenter comme des défenseurs efficaces des droits de l’homme.

Une attitude qui ressemble fort à celle de nos dirigeants des années 1930- Léon Blum compris- qui ont laissé le champ libre à Hitler jusqu’en 1939, sans intervenir ni même se réarmer jusqu’à ce qu’il soit trop tard !

Jean-François