Pour que la France retrouve un peu de son identité et de ses traditions chrétiennes

vendredi 18 novembre 2016
popularité : 18%

Pour que la France retrouve un peu de son identité et de ses traditions chrétiennes



La primaire de la droite et du centre se déroulera ce dimanche et le dimanche d’après. Un membre du groupe « Les Veilleurs » de Carhaix nous a, à quelques jours du scrutin, a adressé au site « breizh info » cette tribune libre destinée aux catholiques ; une tribune libre que nous relayons à notre tour.

« Les 20 et 27 novembre prochains, lors de la primaire de la droite et du centre, les français qui le désirent auront à choisir le candidat qui postulera à l’élection pour la Présidence de la République et qui dirigera peut-être notre pays pour les cinq prochaines années. Parmi ces électeurs, il sera un certain nombre de catholiques pour qui cette élection revêt un caractère particulier car la présidentielle de 2017 est probablement une des dernières chances que nous ayons de préserver, dans le calme, une culture et une tradition chrétienne en France. C’est à eux que je m’adresse en priorité.

Le choix sur lequel nous devons nous prononcer n’est pas seulement, ni même d’abord, un choix économique et social car l’économique n’est pas une fin en soi. Les décisions premières sont prises en vue du respect de la dignité de la personne humaine et de l’ordre naturel des choses. On ne recherche pas tant un « avoir plus », qu’un « être mieux ». Le Pape Benoit XVI a précisé que « la vie démocratique a besoin de fondements vrais et solides, c’est-à-dire de principes éthiques que leur nature et leur rôle de fondement de la vie sociale rendent « non négociables ». Parmi ceux-là, la protection de la vie à toutes ses étapes, la reconnaissance et la promotion de la structure naturelle de la famille, la protection du droit des parents d’éduquer leurs enfants. Or, parce qu’ils n’auraient pas à « imposer » leurs convictions à ceux qui ne les partagent pas, on voudrait que les chrétiens gardent leurs convictions dans la sphère de leur vie privée.

Mais, convaincu de servir le bien commun, le chrétien ne divise pas son action en sphère privée ou publique. Demander au chrétien de n’agir que dans une « sphère privée », c’est lui demander de renoncer à être ce qu’il est. « Vous êtes le sel de la terre. Vous êtes la lumière du monde » dit Jésus à ses disciples. Et Il ajoute : « Mais si le sel vient à s’affadir, avec quoi salera-t-on ? Il n’est plus bon à rien qu’à être jeté dehors et foulé aux pieds par les gens ». Le chrétien a le droit d’occuper toute sa place dans la société. Il a le droit de préférer une société éclairée par la Bonne Nouvelle de l’Evangile.

Mais il a aussi le devoir de travailler à son avènement. Le 20 novembre, les chrétiens pourront y contribuer en restant cohérents avec eux-mêmes. Pour une fois, cela ne devrait pas être trop difficile car il n’y a qu’un seul candidat qui se présente comme chrétien à temps plein et propose un programme compatible avec l’Evangile, c’est Jean-Frédéric POISSON.

En effet, il est résolument pour la vie, la famille, l’éducation des enfants par leurs parents. Il souhaite un renforcement de notre identité en voulant inscrire l’origine chrétienne de la France, dans la Constitution. En face de lui, ne se trouvent que des candidats qui ont été directement responsables de la dégradation de la situation actuelle.

Ils ont des convictions religieuses particulières : « catholique agnostique » ( ?) pour Juppé ; catholique qui « prend certaines libertés avec l’enseignement de l’Église » pour NKM ; catholique qui « ne pense plus que l’avortement est un droit fondamental mais qui ne reviendra pas dessus » pour Fillon ; catholique inconstant pour Sarkozy ; « indifférent » pour les autres.

Aucun ne reviendra sur la loi Taubira. Aucun n’a remis en cause le dogme chiraquien qui veut qu’aucune loi morale ne s’impose à la loi civile, alors que, selon Jean Paul II, « la loi naturelle est la vérité du droit ». Mais, il semble que les choses ne soient pas aussi simples car beaucoup de catholiques, pensant « voter utile » – mais utile pour qui, pour quoi ? – s’apprêtent à faire un autre choix que celui que leur indique naturellement leur foi.

A ceux-là, pour qui les valeurs chrétiennes restent importantes, je voudrais demander ceci : pourquoi des responsables politiques, indifférents à la chose religieuse, défendraient-ils des principes chrétiens, si les chrétiens eux-mêmes, ne le font pas ? Ces gens ne comprennent que les rapports de force et surtout des forces qui les amènent au pouvoir. Alors, pourquoi voudraient-ils satisfaire les souhaits des chrétiens si, quoi qu’ils fassent, les chrétiens votent quand même pour eux ?

Alors, à ceux-là, je voudrais dire : il n’y a qu’une seule façon de faire changer les choses et que la France retrouve un peu de son identité et de ses traditions chrétiennes. C’est de voter massivement pour Jean-Frédéric POISSON afin que, s’il n’est pas vainqueur, fort d’un score incontournable, il puisse être en situation d’infléchir le programme de celui qui défendra la droite aux présidentielles.

Par ailleurs, aucune élection n’est jamais jouée d’avance et les sondages ne sont pas parole d’Evangile : les élections américaines viennent de nous le rappeler de manière tonitruante. Et si, à vue humaine, les choses semblent irréalisables, nous, chrétiens, savons que rien n’est impossible à Dieu et que l’histoire de France est jalonnée d’interventions divines qui ont évité à la France de sombrer. Alors, la messe n’est pas dite. Tout reste possible. Plus que jamais, il nous faut prier avant d’agir et demander à l’Esprit Saint d’éclairer notre conscience et de sauver la France. »
Charles HARDY

Site source à consulter

breizh info primaire de droite catholiques