Sonner les cloches comme le 11 novembre 1918

lundi 29 octobre 2018
popularité : 2%


Centenaire 14-18
Sonner les cloches comme le 11 novembre 1918



« Cent ans après l’armistice de 1918, une initiative a été lancée, d’abord par les campanistes, pour célébrer le retour de la paix : faire sonner à toute volée toutes les cloches de France ce 11 novembre 2018, à 11 heures, pendant 11 minutes. Comme en 1918.

L’église de Rethondes a été la première à sonner le carillon à l’annonce de l’armistice. Le chef de la gare de Rethondes, Monsieur Austrucq, témoignait, en 1949, dans le Progrès de l’Oise : « Ayant informé les soldats de passage, je leur conseillais d’aller sonner les cloches de l’Église de Rethondes. Bientôt, au-delà de la rivière je les entendais qui commençaient à sonner, donnant le signal de l’allégresse à toutes leurs sœurs de France ».

Les cloches ont sonné si fort et si longtemps que deux des trois existantes se sont fêlées. Elles ne seront remplacées qu’en 1930. Ce 11 novembre 2018, à 11 heures, le maire de la commune, Jean-Jacques Lecat, tirera sur des cordes, sous le regard bienveillant du Maréchal Foch, présent dans l’un des vitraux de l’église : « Ce sera juste après la messe. On espère que d’autres villages, aux alentours, joueront le jeu. »
Afin que le plus grand nombre soit informé, Gérard Bocquery, responsable départemental de l’Union nationale des associations de déportés internés et familles de disparus – Fédération nationale des déportés et internés de la résistance (UNADIF-FNDIR), a relayé le message sur le net, appelant les maires, conseillers municipaux, curés et autres à se mobiliser.

« La secrétaire d’État au ministère des Armées, venue lundi matin, a invité toutes les communes à se joindre à ce moment d’union nationale. Même nos voisins anglais ont prévu de suivre cette initiative en rendant hommage aux 1 400 sonneurs de cloche, morts au combat. »

Chez la société d’horlogerie Huchez, basée à Ferrières, les premières demandes de programmation des horloges arrivent au compte-gouttes. Aujourd’hui, un technicien interviendra à Lavilletertre, dans le canton de Chaumont-en-Vexin. « En 2014, les maires s’étaient réveillés tard. Le standard avait explosé la veille pour le lendemain pour faire sonner le tocsin, se souvient François Huchez, le PDG. Cette année, on a communiqué plus en amont. »

À Compiègne, un rassemblement est prévu à 11 heures, place de l’Hôtel-de-Ville et place Saint-Jacques. La sirène et les cloches vont retentir. « Les officiels ou les héritiers des anciens combattants ne doivent pas être les seuls à se sentir concerner », estime Philippe Marini, maire de Compiègne. »

Fanny Dollé

Source :

courrier picard