Le scandale McKinsey et la morale publique

vendredi 8 avril 2022
popularité : 23%


Le scandale McKinsey et la morale publique



« Entretien avec Sébastien Meurant, sénateur du Val d’Oise, et l’un des trois parlementaires à avoir saisi le procureur du Parquet national financier après la publication du rapport sénatorial sur les cabinets de conseil :

- Vous avez saisi le Parquet national financier sur le scandale McKinsey. Pourquoi ?

D’abord pour une question de morale publique. Il serait dévastateur que la justice donne l’impression d’un « deux poids, deux mesures ». Il serait scandaleux que toute la lumière ne soit pas faite sur cette affaire dans laquelle on peut soupçonner de nombreux délits, pour ne rien dire Trouvez-vous normal que toutes les PME soient l’objet de contrôles fiscaux tous les 3 ou 4 ans et qu’une grosse société comme McKinsey qui réalise un chiffre d’affaires de centaines de millions d’euros en France ne déclare aucun bénéfice depuis 10 ans et que cela ne semble pas émouvoir les services fiscaux ? Et comment justifier que la mission qui a conduit à la réduction des APL de 5 euros ait coûté près de 4 millions d’euros ? C’est Robin des bois à l’envers : on vole aux pauvres pour donner aux riches !

- Mais cette saisine est le fait de parlementaires proches d’Eric Zemmour. N’y a-t-il pas une manipulation politique ?

Effectivement, nous avons été trois parlementaires à saisir le procureur au titre de l’article 40 du Code de procédure pénale : Stéphane Ravier, Guillaume Peltier et moi-même, tous trois soutiens d’Eric Zemmour. Mais le rapport de la commission d’enquête sénatoriale qui a justifié cette saisine est public. D’autres que nous l’ont lu. Ce qui est surprenant, ce n’est pas que les parlementaires soutiens d’Eric Zemmour aient saisi le procureur, mais que nous ayons été si peu nombreux. Et, pour ce qui me concerne, je serais ravi que d’autres parlementaires d’autres bords politiques se saisissent également de cette affaire et apportent leur propre éclairage. Plus nous serons nombreux à défendre l’exemplarité des gouvernants, mieux ce sera !

- Juste après votre saisine, le PNF a annoncé s’être saisi du dossier, mais sans référence, semble-t-il, à votre signalement…

Oui, j’ai vu cela, comme tout le monde. Mais attendons de voir ce qui va se passer. D’après ce que disait la presse, la communication du PNF laisse de côté pas mal de suspicions de délits que nous avons soulevées dans notre propre saisine, de l’escroquerie au détournement de fonds publics, en passant par le délit de favoritisme. Mais je ne doute pas que les magistrats tiennent compte des éléments que nous avons soulevés. En toute hypothèse, si l’affaire est dans les mains de la justice, il est certain que nous allons suivre les développements de cette affaire avec attention.

- Bernard-Henri Lévy accuse le PNF qui a ouvert une enquête de donner un coup de pouce à Marine Le Pen. Qu’en pensez-vous ?

J’avoue que je ne comprends pas ce qu’il veut dire : est-ce que la vérité ou la justice ne comptent pas ? Avait-il été si regardant en 2017 quand les « affaires » avaient privé François Fillon de la victoire ? Au demeurant, si je me doute que ce scandale défavorise Emmanuel Macron qui se trouve enfin confronté à son bilan – ce qu’il avait soigneusement évité durant toute la campagne (ou plutôt l’absence de campagne) –, tous les autres candidats, et pas seulement Marine Le Pen, peuvent en « profiter ». Tous ceux qui contestent le gaspillage des deniers publics et la transmission de données sensibles à des cabinets étrangers peuvent en « profiter ». Surtout, je ne comprends pas le raisonnement : M. Lévy ne cesse de dénoncer le « populisme ». Ne croit-il pas que le principal moteur du « populisme » réside dans le comportement indigne de certains « puissants » ? Si l’on veut résoudre les innombrables fractures de notre société, il faut que les plus riches et les plus puissants soient exemplaires. Le moins que l’on puisse dire, c’est que cela n’a pas été le cas avec la Macronie ! »

Par Salon Beige le 7 avril 2022

Site source :

le salon beige