MM. Darmanin et Attal : ministres totalitaires !

vendredi 8 octobre 2021
popularité : 13%


MM. Darmanin et Attal : ministres totalitaires !



« Le porte-parole du gouvernement, Gabriel Attal, a solennellement tancé Mgr de Moulins-Beaufort, archevêque de Reims, qui défendait le secret de la confession, en affirmant : « Il n’y a rien de plus fort que les lois de la République dans notre pays, ça tient en une phrase et c’est très clair. » Et le sémillant ministricule a ajouté que le président de la république a demandé au ministre de l’Intérieur de convoquer Mgr de Moulins-Beaufort pour le sommer de s’expliquer.

Effectivement, c’est très clair. C’est très exactement la définition du totalitarisme ! Et c’est le signe d’une ahurissante régression dans la barbarie. Comment les anti-fascistes de pacotille qui font mine de nous gouverner ne le voient-ils pas ? Ignorent-ils donc que le « rien en dehors de l’Etat » ou le « rien au-dessus de l’Etat » fut le slogan commun du jacobinisme, du fascisme et du léninisme et qu’ils se trouvent ainsi en bien funeste compagnie ?

Le fait qu’il y ait des lois supérieures aux lois civiles n’est pas une invention de Mgr de Reims. Ce n’est même pas une invention du Christ. C’est le B-A BA de toute civilisation. Mais peut-être M. Attal pense-t-il que la république est du côté de Créon plutôt que d’Antigone ?

Pour nous, nous en restons à Antigone, à Socrate, au Christ et à tous ces héros et ces martyrs qui surent, au long de la longue et tragique histoire humaine, résister aux pouvoirs injustes – et face à des adversaires autrement plus redoutables que M. Attal ! – au nom de lois supérieures. Mais l’on imagine sans peine M. Attal, mis en appétit par sa pitoyable attaque contre le secret de la confession, exiger des médecins de dénoncer leurs patients, des enfants de révéler les conversations de leurs parents, ou des avocats de renchérir sur les procureurs contre leurs infortunés clients, comme aux riches heures de l’Union soviétique stalinienne. Il est vrai que la Macronie a les yeux de Chimène pour la Chine totalitaire. Pourquoi ne pas appliquer ses si « démocratiques » méthodes ?

L’AGRIF, qui a défendu maintes fois le droit naturel et la civilisation chrétienne et française devant les tribunaux, ne peut que rejeter tout aussi solennellement la barbarie de la secte au pouvoir. »

Guillaume de Thieulloy
Délégué général de l’AGRIF
https://www.lagrif.fr/darmanin-et-attal-ministrions-totalitaires/

 : L’Eglise en France

Le discernement des candidats au sacerdoce a-t-il été fait avec le sérieux et la gravité que mérite le sérieux et la gravité du ministère sacerdotal ? Il est permis d’en douter

« Un prêtre parisien répond à Anne Le Pape, dans Présent, à la suite de la parution du rapport de la commission Sauvé. Extrait :

Une des préconisations de la commission Sauvé est de briser le secret de la confession en ce domaine. Mais où s’arrêter ? Pourquoi pas pour les autres crimes ? Ces conseillers n’ont-ils pas la moindre culture catholique, celle par exemple dont faisait preuve Alfred Hitchcock dans La Loi du silence ? Enfin, pourquoi revenir sur cette idée de mariage des prêtres, alors que dans d’autres institutions où les « animateurs » sont mariés se retrouvent les mêmes crimes ? Les professeurs de sport ne sont pas tenus au célibat, que l’on sache.

Célibat des prêtres et secret de la confession ne sont de la compétence d’aucune commission. On voit bien par là que l’ensemble est manipulé, par un Sauvé franc-maçon qui, lorsqu’il était à la tête du Conseil d’Etat, n’a pas eu la même compassion pour Vincent Lambert notamment. Les évêques ont voulu se dédouaner, d’ailleurs leur rôle n’est pas mis en cause. Seule l’Eglise peut décider des changements structurels ou canoniques qui la concernent.

Pourquoi avoir demandé une telle enquête, fouillant jusqu’en 1950, alors qu’aucun autre domaine du pays ne se remet en cause ? Vraiment masochiste. Je remets en question les chiffres avancés car personne ne sait comment ils ont été obtenus.
Je constate aussi que, à chaque fois que j’ai rapporté des abus à des évêques ou des supérieurs majeurs à la suite de confidences de victimes, tout est allé (encore récemment) au panier. Rien ne changera car ce lobby pervers est puissant et bien implanté, protégé, dans les hautes sphères.

De fait, l’homosexualisme n’est pas évoqué par ce rapport. Or, comme le disait un prêtre, il y a encore quelques années (mais peut-être est-ce encore le cas ?), la purge des “tradis” dans les séminaires s’est effectuée avec une efficacité autrement plus redoutable que celle des candidats au sacerdoce ayant des tendances pédérastes. Le discernement des candidats au sacerdoce a-t-il été fait avec le sérieux et la gravité que mérite le sérieux et la gravité du ministère sacerdotal ? Il est permis d’en douter.

Quant à Jean-Marc Sauvé, il avait solennellement prononcé le 24 juin 2014 la sentence de mort de Vincent Lambert, condamné à être privé d’alimentation et d’hydratation jusqu’à ce que mort s’ensuive.

En 2017, alors vice-président du Conseil d’Etat, Jean-Marc Sauvé avait justifié (dans La Croix…) la destruction de la croix qui surmontait la statue de jean-Paul II érigée à Ploërmel (Morbihan). »

Par Michel Janva le 8 octobre 2021

Site source :

le salon beige