L’apostasie immanente

mardi 28 mai 2019
popularité : 14%


« L’apostasie « immanente »



Premières réflexions après les votations pour les élections au Parlement européen, qui ont vu, en France, une majorité de catholiques voter pour les listes Macron :

“L’apostasie immanente” est une expression du regretté Jean Madiran, qui l’évoque en ces termes :

C’est Jacques Maritain, dans un éclair de grande lucidité, qui dès 1965 a marqué au fer rouge l’évolution conciliaire à son début en lui donnant le nom définitif d’”apostasie immanente”. L’”apostasie” est le fait d’un chrétien qui rejette la foi chrétien¬ne. Elle est « immanente » quand, contradictoirement et malgré tout, elle est « décidée à rester chrétienne à tout prix », explique Jacques Maritain. Disons plutôt, dans le même sens mais un peu différemment quand elle prétend garder la dénomination chrétienne.

Un sondage Ifop pour La Croix, dont les résultats sont détaillés dans le numéro de ce jour, nous apprend que 37% des catholiques pratiquants (78% de participation), et même 43% des pratiquants réguliers (84% de participation) ont voté pour la liste LREM. Le RN arrive 3è, derrière LR, sauf pour les non pratiquants où il est premier.
Nous avons donc 43% des catholiques qui votent pour une liste ayant comme substrat idéologique, pêle-mêle : la dissolution des nations dans le gloubiboulga globaliste, la dilution des protections sociales au profit de la grande finance, la transformation des concupiscences de tous ordres de chaque individu en droits inaliénables, une vision autiste des relations internationales où prime l’interprétation progressiste de l’histoire humaine, l’avènement d’une humanité nouvelle en totale rupture avec la loi naturelle, et donc le corollaire de tout ceci, la négation (pour les athées), et le reniement (pour les chrétiens), du règne de Notre Seigneur Jésus Christ sur les âmes et les sociétés !

En fait, et grâce à plus de cent ans de lavage d’âme démocrate chrétien, nous assistons au triomphe de Marc Sangnier et de son Sillon, solennellement condamné par Saint Pie X. Tout rapprochement avec la soumission de la CEF à Macron lors de son discours aux Bernardins, et au silence de la grande majorité des évêques de France devant la tentative d’assassinat de Vincent Lambert ne serait absolument pas fortuit, car c’est à ce genre de conséquences pratiques que conduit l’apostasie immanente.

Quelles conclusions immédiates en tirer ? Selon nous, que le mouvement dextrogyre prophétisé par certains n’est pour l’instant qu’une illusion entretenue par l’entre soi des milieux “conservateurs” catholiques, ultra minoritaires, et que renforce le mode de fonctionnement, sociologique comme logiciel, de la réinformation sur Internet.

Cela ne veut pas dire qu’il faille rien lâcher en la matière, mais qu’il faut partir du réel pour ne pas se faire des films, et sortir d’un milieu à la sociologie très restreinte pour aller vers les périphéries et gagner les coeurs et les intelligences. Que chercher à gagner des voix dans la pseudo droite est illusoire, car c’est une droite sociologique peu nombreuse, minoritaire, définitivement plus attachée à son pognon qu’à des convictions de salon (Mathieu, 19, 24 : Je vous le dis encore, il est plus facile à un chameau de passer par le trou d’une aiguille qu’à un riche d’entrer dans le royaume de Dieu.). Qu’il n’est que temps de restaurer un catholicisme social à la manière des vrais grands ancêtres que devraient être pour nous des La Tour du Pin, des de Mun…

Nous laissons la conclusion essentielle à Soeur Lucie de Fatima :

Elle disait que Notre-Dame prêchait le chapelet quotidien « … pour nous armer contre ces temps de désorientation diabolique, afin que nous ne soyons pas nous-mêmes dupés par de fausses doctrines ».

et nous prierons pour nous-mêmes et tous nos frères et nos pasteurs désorientés. »

Sites sources :

le salon beige

la croix