Politique française envers la Syrie : soit un entêtement totalement déconnecté de la réalité du terrain, soit une capitulation effective devant les intérêts de la péninsule arabique.

mardi 8 septembre 2015
popularité : 23%


Seule la France persiste ouvertement à réclamer l’élimination de Bachar el-Assad, ce qui démontre soit un entêtement totalement déconnecté de la réalité du terrain, soit une capitulation effective devant les intérêts de la péninsule arabique



FIGAROVOX/TEMOIGNAGE - Marc Fromager, de retour de Syrie, s’interroge sur la pertinence de la position française sur la guerre que traverse un pays en proie à l’Etat

Marc Fromager est le directeur de l’Aide à l’Eglise en détresse

Je rentre de Syrie. Ce pays, qui fut merveilleux, le demeure un peu en dépit de plus de quatre années de guerre acharnée. Cette guerre, que l’on persiste à nous décrire comme étant civile, oppose l’Etat syrien à un conglomérat de milices djihadistes, pour la plupart composées d’étrangers (tchétchènes, soudanais, algériens, français, …) et largement financées par des pays étrangers.

230 000 morts et 12 millions de déplacés plus tard, le pays est coupé en deux : l’est, principalement désertique, occupé par l’Etat islamique et l’ouest, encore ou à nouveau sous contrôle de l’Etat. A Homs, Yabroud ou Maaloula, villes « libérées » de la présence des « rebelles », la vie revient petit à petit après des destructions de grande ampleur. Aujourd’hui, cette partie du pays est en train de se reconstruire !
Très majoritairement, la population syrienne n’aspire qu’à la fin des combats et donc à la défaite des djihadistes. Entre un Etat pérenne et le chaos irakien ou libyen où les milices islamistes se gavent sur les décombres d’un pays failli, le choix paraît en réalité assez simple.

Toutes les communautés ont souffert pendant cette guerre et les chrétiens n’ont pas été épargnés. Il suffit de voir par exemple avec quelle rage les djihadistes ont mutilé les icônes dans les églises en détruisant systématiquement les yeux, comme s’ils ne voulaient pas être observés dans leur haine destructrice. J’ai rencontré la famille de Sarkis, Michel et Antoine, trois chrétiens de Maaloula, assassinés devant leur famille pour n’avoir pas voulu se convertir à l’islam.

Plus de 40% des chrétiens ont déjà fui le pays mais si la guerre prenait fin, un certain nombre pourrait revenir.

Plus de 40% des chrétiens ont déjà fui le pays mais si la guerre prenait fin, un certain nombre pourrait revenir. Les chrétiens y ont conservé une plus grande espérance que leurs frères irakiens sur lesquels les épreuves se sont appesanties depuis encore plus longtemps.

Sur place, certains s’attendent à une amélioration de la situation avant la fin de l’année. Les cartes sont en train d’être redistribuées, les Russes et les Américains se seraient mis d’accord et le pays, peut-être, parviendrait à survivre à une destruction programmée. Pragmatiques, les Américains se rendent compte que l’opération est en train d’échouer et comme ils souhaitent maintenant se rapprocher de l’Iran, soutien de la Syrie, le panorama moyen-oriental est brusquement en train d’évoluer.
Dans ce contexte, seule la France persiste ouvertement à réclamer l’élimination de Bachar el-Assad, ce qui démontre soit un entêtement totalement déconnecté de la réalité du terrain, soit une capitulation effective devant les intérêts de la péninsule arabique.

Dans ce contexte, seule la France persiste ouvertement à réclamer l’élimination de Bachar el-Assad, ce qui démontre soit un entêtement totalement déconnecté de la réalité du terrain, soit une capitulation effective devant les intérêts de la péninsule arabique qui, elle, poursuit son rêve de renverser le régime syrien pour des raisons à la fois politiques et énergétiques.

Nous sommes aujourd’hui plongés dans une guerre entre sunnites et chiites qui n’est pas réellement une dispute doctrinale mais bien plus une lutte entre l’Arabie saoudite et l’Iran pour la suprématie régionale. Pour briser l’arc chiite (Iran, Irak - majorité de chiites), Syrie (les alaouites au pouvoir) et Liban (Hezbollah) qui le menace, l’Arabie saoudite cible le « maillon faible », à savoir la Syrie dont la majeure partie de la population est sunnite.

A cela se rajoute des considérations énergétiques avec un projet de gazoduc qatari contrarié qui devait passer par la Syrie pour alimenter l’Europe via la Turquie. Le refus syrien (pour ne pas nuire à son allié russe - dont l’Europe est très dépendante pour le gaz) aura été un des déclencheurs de cette guerre. Dans les deux cas, il fallait donc se débarrasser de Bachar el-Assad, d’où le soutien des milices, Etat islamique compris.

Veut-on vraiment en finir avec l’État Islamique ? Si on le voulait, il faudrait exiger de la péninsule arabique, de la Turquie et de l’Occident qu’ils cessent de soutenir les djihadistes rassemblés dans le nord-est syrien et réunir autour de la table tous les acteurs de cette crise, y compris les Iraniens, les Russes et l’Etat syrien.
Veut-on vraiment en finir avec l’État Islamique ? Si on voulait résoudre le problème, il faudrait exiger de la péninsule arabique, de la Turquie et de l’Occident qu’ils cessent de soutenir les djihadistes rassemblés dans le nord-est syrien et réunir autour de la table tous les acteurs de cette crise, y compris les Iraniens, les Russes et l’Etat syrien. Comme rien de tout cela n’est fait, la guerre devrait continuer, nos djihadistes vont continuer à y aller et en revenir, les chrétiens vont continuer à disparaître et l’ensemble de la population locale va continuer à souffrir !

Alors, pourquoi une conférence sur le Moyen-Orient à Paris ? Eh bien, on se le demande. La première image qui vient à l’esprit est celle de Dalida : « encore des mots, toujours des mots… » La France voudrait conserver un rôle dans cette région du monde mais force est de constater que sa diplomatie, autrefois diplomatique et dorénavant âprement partisane, aura du mal à se faire respecter. L’art ne consiste pas à exagérément choisir (ou se soumettre) aux sunnites contre les chiites ou aux américains contre les russes.

Pour le moment, cela nous permet de vendre des armes à la péninsule arabique mais qu’en est-il de la sécurité du territoire national ? La poursuite de cette stratégie du chaos au Moyen-Orient ne fait que rapprocher le cyclone de nos rives.

Source

le figaro vox

le salon beige