Sans Jésus ce n’est pas Noël !

mercredi 27 décembre 2017
popularité : 12%


Sans Jésus ce n’est pas Noël !



« Frères et sœurs, je m’arrêterai aujourd’hui à la signification de la fête de la Nativité du Seigneur. A une époque où nous assistons à une sorte de dénaturation de Noël, il faut dire que c’est la naissance de Jésus qui est le vrai Noël, sans Jésus ce n’est pas Noël ! A travers l’annonce de l’Eglise, comme les bergers de l’Evangile, nous sommes guidés pour trouver la vraie lumière, celle de Jésus qui se révèle de façon surprenante : il naît d’une pauvre jeune fille inconnue, qui le met au monde dans une étable, avec la seule aide de son mari.

C’est ainsi que le Fils de Dieu se présente encore à nous aujourd’hui : comme le don de Dieu pour l’humanité qui surgit dans la nuit et dans la torpeur du sommeil, alors que souvent l’humanité préfère demeurer dans l’obscurité et ne pas changer ses habitudes erronées. Par l’incarnation de son Fils, Dieu nous a ouvert le chemin d’une vie nouvelle, fondée sur l’amour et non sur l’égoïsme. A Noël, l’histoire humaine a été visitée par l’histoire de Dieu. Avec les petits, les méprisés, Jésus établit une amitié qui continue dans le temps et nourrit l’espérance d’un avenir meilleur. Avec eux, Dieu veut construire un monde nouveau où il n’y aura plus de personnes rejetées, maltraitées, indigentes. En ces jours de fête, ouvrons notre esprit et notre cœur pour accueillir cette grâce. »

Pape François, audience générale, Mercredi 27 décembre 2017

Site source :

vatican audiences

Sans Jésus-Christ, Noël n’est pas

Extraits d’une conférence de l’abbé Sébastien Leclère, FSSP

« On ne se livre pas à une simple condamnation de l’esprit de la société de consommation, on veut pourfendre le blasphème qui habite la récupération de la fête de Noël. Noël célèbre un avènement, celui de Jésus-Christ, Dieu fait homme. Sans Jésus-Christ il ne peut y avoir de fête de Noël. Célébrer Noël sans Jésus-Christ, c’est déjà le crucifier. [ ] L’esprit mercantile s’oppose toujours à l’esprit religieux, mais il revêt sa forme la plus hideuse lorsqu’il confisque et subvertit ce qui appartient en propre à Dieu. Le sapin et la bougie eux-mêmes ont été détournés de leur signification originelle. »