Stop aux profanations d’églises Non au deux poids, deux mesures

mardi 26 février 2019
popularité : 27%


Stop aux profanations d’églises Non au deux poids, deux mesures
En 2018, on a compté DEUX églises profanées PAR JOUR !



Nous ne pouvons, en tant que catholiques, que nous indigner de toute atteinte ou profanation touchant des lieux de culte, qu’ils soient chrétiens, juifs ou musulmans. Chaque chrétien est, par nature, hostile à toute forme de violence telle que celle-ci.

Mais nous nous indignons aussi du silence des grands médias, comme de nos gouvernants, face aux profanations d’églises en France. En 2018, deux églises profanées par jour. Le silence ou quasi-silence et l’inaction du ministre de l’Intérieur et des cultes sont en particulier inadmissibles. La profanation de saintes Hosties consacrées est intolérable. Opposons-nous ainsi à la passivité des pouvoirs publics et au deux poids-deux mesures que nous constatons.

Guy Barrey

Profanations

par Pierre Selas

« Trop c’est trop ! Deux poids deux mesures ! Si c’étaient des mosquées qu’est-ce qu’on entendrait ! Avec les cathos on peut tout se permettre ! Silence des médias !

Que font les politiques ? Où sont les vierges effarouchées du gouvernement promptes à s’émouvoir quand on touche aux autres religions ?

Voici un aperçu non exhaustif de ce que nous pouvons voir sur les réseaux sociaux depuis une dizaine de jours. Depuis cette vague de profanations de début février en France. Cette fois-ci « on » en parle. Les médias non chrétiens se sont tout de même un peu émus, Vatican News s’est inquiété, mais quid du ministre des cultes ? Quelle église à choisi le président en débat pour faire une déclaration ou s’émouvoir ?

Silence radio dans les hautes sphères de la laïcité. Mince on touche aux cathos et ça remue un peu en dehors de la communauté catholique, voilà qui n’était pas prévu.
Voilà qui n’était pas prévu ! L’indignation sort du milieu catho parce que, au fond, la France reste innervée de ses racines chrétiennes et catholiques en particulier. Parce que le sacré, même quand on ne pratique pas, et depuis toujours, c’est quelque chose qu’on ne touche pas impunément. Parce que le deux poids deux mesures, dans une France exaspérée par les revendications communautaristes, prend un aspect particulier quand il s’agit de ce fond commun que, malgré le matraquage laïciste, une grande partie de la population ressent comme sien, comme inscrit dans son ADN.

La pratique diminue, les églises se vident, les mœurs se sont bien éloignées des pratiques recommandées par l’Eglise, mais les Français, quand ils ne sont pas pris par l’idéologie ou la haine, c’est-à-dire pour l’immense majorité d’entre eux, les Français sont au fond d’eux-mêmes catholiques. Pas des « messisants », pas des saints, pas des fidèles de l’Eglise, mais ils gardent cet attachement intime et intuitif à cette foi qui surgit régulièrement à tant d’occasion de leur vie.

Alors en effet ces profanations c’est une gifle qu’ils ressentent comme tous les catholiques. Ces silences c’est une inquiétude sourde qui montent contre leur identité la plus profonde. Ils peuvent haïr l’Eglise qui sait bien se faire détester. Ils peuvent ne pas supporter les prêtres qui sont parfois aussi champions pour devenir de véritables repoussoirs, mais cette maternité ecclésiale cette famille catholique, au fond, ils y sont attachés plus peut-être que le fils prodigue.

Alors pour eux, pour nous, mais aussi pour le Christ qui encore reçoit des crachats au visage ces jours-ci, nous ne pouvons plus nous taire. Nous ne devons plus nous taire. Une profanation c’est le Christ frappé, humilié. Qui serions-nous si nous laissions ainsi traiter la personne que nous aimons le plus au monde ? A quoi sert une indignation de salon quand un proche est brutalisé ?

C’est pourquoi cette semaine nous relaierons l’initiative de Spero qui propose d’adresser une lettre au ministre des cultes. Trop c’est trop et tendre la joue gauche ne doit pas être une démission. A un protestant exaspéré qui lui demandait ce qu’il ferait s’il le frappait, saint François de Sales répondit « l’Evangile me demande de tendre la joue gauche… mais je vous déconseille d’essayer » »

Site source :

info catho

Pétition à signer

Profanations d’églises :
NON au deux poids deux mesures !
2 954 signataires. Objectif : 5 000

« Madame, Monsieur,

Rien qu’entre le 28 janvier et le 10 février, 9 églises ont été profanées en France.
Ce sont des actes extrêmement graves.

Mais ce n’est qu’une infime partie de ce genre d’attaques.

En effet, en 2018, on a compté DEUX églises profanées PAR JOUR !

Dans l’indifférence totale des médias politiquement correct et du gouvernement, alors qu’ils s’indignent au moindre fait sur des mosquées.
Un cimetière juif est profané ? Le président se précipite sur place pour condamner et menacer les coupables.
Or 80 % des profanations de lieu de culte en France concernent des églises…
Les Chrétiens devraient-ils s’écraser et subir en silence ?
L’association SPERO refuse de se taire et lance cette grande pétition à destination du ministère de l’Intérieur :
Dites NON au deux poids deux mesures !
Signez la pétition ci-contre !
Car il ne s’agit pas seulement d’un vandalisme scandaleux, comme si des malfrats pénétraient chez vous par effraction, cassaient vos fenêtres, brisaient vos vases précieux, arrachaient vos tableaux, éventraient votre canapé, déchiraient vos albums de famille et déféquaient dessus en ricanant, juste pour le plaisir d’abîmer et de salir.
Non. Pour les Chrétiens, l’église est un lieu bien plus sacré que leur propre maison.
Et ceux qui profanent les églises le savent très bien.
Leur motivation est très claire, car les signes qu’ils laissent sont explicites :
• Ils défoncent la porte à la hache…
• Ils brisent des statues, des vitraux…
• Ils mettent le feu sur les autels…
• Ils renversent les croix…
• Ils profanent le tabernacle pour en sortir les hosties consacrées, qu’ils piétinent sauvagement…
• Dans l’église Notre-Dame-des-Enfants à Nîmes, une croix infâme avait même été tracée avec des excréments sur le mur et des hosties étaient collées dessus. Ils avaient aussi jeté des excréments sur les enfants de la statue de la Vierge.
Oui, leurs actes sont très clairs :
ils expriment une haine profonde.
Mais le pire, c’est que si on retrouve les coupables, bien souvent, ils s’en tirent pour rien. Comme ces deux vandales qui avaient brisé en deux la statue de la Vierge à Sainte-Gemmes d’Andigné, l’année dernière.
Qu’a fait la justice ?
Rien. L’affaire a été classée sans suite.
Et les médias n’en parlent presque pas. Ils préfèrent parler régulièrement d’ « islamophobie ».
Cette pétition s’adresse au ministre de l’Intérieur.
Nous lui demandons qu’une liste exhaustive de toutes les attaques anti-chrétiennes en France soit officiellement publiée.
Pour l’heure, l’évêque Mgr Bernard Ginoux, à Montauban, a été le seul à s’inquiéter du « peu de réactions » sur un plan national, alors que c’est une « attaque directe contre la foi catholique ». Il estime, par exemple, que « le ministre de l’Intérieur, chargé des cultes, aurait pu envoyer un message à la communauté catholique ».

Alors par cette pétition nous exigeons également du ministre de l’intérieur qu’il condamne ces actes sacrilèges, qui sont une atteinte directe aux Chrétiens de France et à tous les Français qui respectent l’héritage chrétien de notre pays.
Et c’est pourquoi nous vous invitons aussi à la propager en signant la pétition et en la diffusant à toutes vos connaissances, par tous les moyens actuels de communication :
• les réseaux sociaux (Facebook, Twitter, Snapchat, TikTok, YouTube…),
• les messageries (WhatsApp, Messenger, Telegram…),
• l’email,

• les forums…
Mais aussi dans toutes vos rencontres, dans les groupes que vous fréquentez, et même, pourquoi pas, dans les cafés et les bistrots !

Diffusez simplement le lien, ou proposez d’utiliser votre téléphone en présentant cette page.

Il n’est pas acceptable de laisser faire ces profanations sans rien dire.
Il n’est pas acceptable que notre patrimoine culturel soit ainsi attaqué.
Il n’est pas acceptable de voir les Chrétiens ainsi méprisés par les médias et le gouvernement.

Alors signez la pétition et diffusez-la.

Vous serez tenu au courant de nos avancées, car nous avons bien l’intention de faire bouger les choses. »

L’équipe SPERO

Pour signer la pétition

Spero association Stop prpfanations d églises