Alors que l’on continuerait à livrer pâtes et pizzas l’Eucharistie ne serait pas accessible ?

mercredi 18 mars 2020
popularité : 6%


Alors que l’on continuerait à livrer pâtes et pizzas à domicile, l’Eucharistie ne serait pas accessible à ceux qui la désirent alors qu’ils sont âgés, malades ou dans le besoin ?



« Dans un message diffusé vendredi auprès d’amis prêtres, l’un des secrétaires particuliers du pape François s’est inquiété des conséquences possibles de la crise du COVID-19 sur la vie spirituelle des fidèles. Tout en respectant les indispensables consignes sanitaires, l’Église se doit d’être en première ligne, estime-t-il.
En annonçant le 13 mars la réouverture des églises paroissiales de Rome, dont on avait annoncé la fermeture la veille, le cardinal Angelo De Donatis, vicaire épiscopal du diocèse, a laissé percevoir le débat profond qui anime les plus hautes sphères de la hiérarchie ecclésiale.

Comment répondre aux besoins des fidèles, assurer la distribution des sacrements, rassurer les angoissés et réconforter les malades, quand il faut respecter les consignes de confinement données par les autorités ? Sans doute le pape François n’est-il pas étranger à ce revirement, lui qui, dans la matinée du 13, avait indiqué au cours de la messe matinale que « les mesures draconiennes ne sont pas toujours bonnes » et que les fidèles ne doivent pas être laissés « seuls » face à l’épidémie. Et qui, deux jours plus tard, alors que les rues de la ville étaient désertes, s’est rendu à la basilique Sainte-Marie Majeure puis, à pied, dans l’église San Marcello al Corso pour y prier devant un crucifix miraculeux qui avait été brandi en procession lors de la peste de 1522.

C’est l’un des secrétaires particuliers du pape François qui a formalisé les enjeux spirituels de la crise en cours dans un courrier transmis le 13 mars à des amis prêtres. Dans cette missive, le père Yoannis Lahzi Gaid – prêtre copte égyptien – s’exprime sans détour, comme le rapporte le site Crux. « Face à cette peur contagieuse que suscite la pandémie du coronavirus, nous risquons de nous comporter davantage comme des salariés que comme des pasteurs » indique-t-il à ses correspondants.

Si les autorités ont le devoir de veiller à la santé et à la sécurité matérielle des personnes « nous avons le devoir de faire de-même pour les âmes », indique-t-il, rappelant que Saint-Pierre lui-même, qui fuyait les persécutions de Néron, avait été rappelé par Dieu pour retourner à Rome auprès des fidèles pour y mourir avec eux. « Alors que l’on continuerait à livrer pâtes et pizzas à domicile, l’Eucharistie ne serait pas accessible à ceux qui la désirent alors qu’ils sont âgés, malades ou dans le besoin ? » s’interroge le secrétaire du pape ? Tout en demeurant attentifs aux nécessaires précautions sanitaires et prophylactiques, les prêtres doivent prier pour « obtenir la grâce et le courage d’agir selon Dieu et non selon les hommes », affirme-t-il. »

Site source :

France catholique