Chaque nation a le droit de faire la distinction entre les réfugiés authentiques et les migrants économiques

vendredi 27 octobre 2017
popularité : 18%


Chaque nation a le droit de faire la distinction entre les réfugiés authentiques et les migrants économiques



S’exprimant lors de la conférence Europa Christi en Pologne dimanche, le cardinal Sarah a noté que le pays refuse d’accepter la « logique » de la redistribution des migrants que « certaines personnes veulent imposer ».

Chaque nation a le droit de faire la distinction entre les réfugiés authentiques et les migrants économiques qui ne partagent pas la culture de cette nation, a déclaré le cardinal Robert Sarah.

Le cardinal Sarah a ajouté que si chaque migrant est un être humain qui doit être respecté, la situation devient plus complexe s’ils sont d’une autre culture ou d’une autre religion et mettent en péril le bien commun de la nation. Les dirigeants du monde ne peuvent pas remettre en question le « droit de chaque nation à distinguer entre un réfugié politique ou religieux » qui est obligé de fuir son pays et « le migrant économique qui veut changer de lieu de résidence » sans s’adapter à la nouvelle culture dans laquelle il habite.

« L’idéologie de l’individualisme libéral favorise un mélange conçu pour éroder les frontières naturelles des patries et des cultures, et conduit à un monde post-national et unidimensionnel où les seules choses qui comptent sont la consommation et la production ».

Faisant écho au pape François, le cardinal a déclaré que les nations européennes doivent assumer une partie de la responsabilité si elles ont déstabilisé les pays d’où viennent les migrants, mais cela ne signifie pas pour autant se transformer par l’immigration de masse.

Le cardinal Sarah a également déploré la laïcisation de l’Europe, affirmant que le continent traverse une crise de civilisation sans précédent depuis deux siècles, à commencer par les mots de Friedrich Nietzsche : « Dieu est mort et nous l’avons tué ».
« L’Europe est depuis lors dans une crise en cours causée, entre autres, par des idéologies athées, et elle plonge maintenant dans le nihilisme ».

Le cardinal Sarah a déclaré qu’après l’effondrement de l’Union soviétique, lorsque de nombreuses nations ont retrouvé leur liberté et leur démocratie, il semblait qu’une nouvelle période positive avait commencé pour l’Europe. Cependant, l’Union européenne a décidé de ne pas revenir aux racines chrétiennes du continent, mais a plutôt commencé à construire ses institutions sur des abstractions telles que le marché libre, l’égalité des individus et les droits de l’homme individualistes. C’était une erreur, a dit le cardinal Sarah, parce que toutes les lois devraient être basées sur le concept de la dignité humaine, qui ne peut venir que de Dieu.

« L’Europe, fondée sur la foi au Christ, coupée de ses racines chrétiennes, n’est pas en période d’apostasie tranquille ».

Source :

Michel Janva

le salon beige

catholicherald