La liturgie doit éloigner les fidèles du monde et non séculariser l’Église

dimanche 27 septembre 2020
popularité : 5%


La liturgie doit éloigner les fidèles du monde et non séculariser l’Église



« Si l’Église est censée se retirer du monde, alors sa liturgie doit faire de même, nous indiquant des réalités célestes qui demeurent à jamais.

Dans tous ses aspects, l’usus antiquior est comme un exorcisme perpétuel du diable, en indiquant encore et encore le triomphe de Dieu incarné sur l’ancien ennemi de la nature humaine. Le fait même que la nouvelle liturgie ait aboli ou abrégé les exorcismes partout où ils se trouvaient - dans le rite du baptême, dans diverses bénédictions, dans le rite même de l’exorcisme lui-même ! - en dit long.

Une dame en Allemagne m’a écrit à propos de cette interview, partageant avec moi ses réflexions sur le discours du Pape Benoît XVI à Fribourg le 25 septembre 2011, dans lequel il appelait à une « déworldification » (Entweltlichung) de l’Église. Voici l’essentiel de ses observations très intéressantes.

Si l’Église est censée se retirer du monde - non pas pour l’abandonner à l’enfer, mais pour l’appeler à son destin ultime et élever sa vision au-dessus de l’éphémère - alors sa liturgie doit faire de même, nous indiquant les réalités célestes qui demeurent pour toujours et donner un sens à tout ce qui passe ici-bas, et relativiser le temporel contre les horizons de l’histoire et de l’éternité.

Cette déworldification a lieu particulièrement fortement dans l’ancien rite, moins dans le nouveau. La célébration traditionnelle de la messe souligne que le sacrifice de Jésus-Christ sur la croix au Golgotha est renouvelé sans effusion de sang. Le Seigneur nous joint mystiquement à sa mort sur la croix ; Son amour sans bornes pour les hommes nous irradie au moment où il donne sa vie en sacrifice en expiation de nos péchés. Sous la croix se tiennent la Sainte Mère et le disciple que Jésus aimait. Le rideau du temple est déchiré en deux ; les soldats tombent au sol. L’obscurité descend sur tout le pays. Les forces du mal sont jetées dans l’abîme de l’enfer. En conséquence, un nettoyage en profondeur a lieu, un « exorcisme » se produit, et cela se fait dans chaque Sainte Messe au cours de laquelle le Saint Sacrifice est offert. L’Église est glorifiée par le saint amour du Christ et en même temps libérée des mauvaises puissances. Ses ennemis sont détruits. Dans la célébration du sacrifice de la messe, il y a toujours une déworldification dans le sens de la purification du mal, du renforcement dans le bien et de la promesse d’immortalité.

Dans le nouveau rite de la messe, cependant, la célébration de la « Dernière Cène » est au centre. Ici, l’aspect de l’amour fraternel est renouvelé ; il favorise une coexistence pacifique, l’idée de communauté et l’unité de l’assemblée. Néanmoins, au Cénacle, Judas est également toujours présent. La Sainte Mère a disparu. Aucun ennemi n’est détruit, pas même menacé. Judas s’en va seul, inaperçu, comme beaucoup de ceux qui quittent l’église aujourd’hui. Presque tous ceux qui sont rassemblés s’approchent de la table du Seigneur pour recevoir la communion, qu’ils soient spirituellement en communion ou non. Est-ce qu’ils approuvent pleinement l’enseignement du Maître et le reçoivent comme leur Seigneur et Dieu, ou sont-ils alignés avec les pharisiens et les scribes qui planifient sa chute, avec Ponce Pilate qui hausse les épaules et se lave, ou essaie de se laver les mains de complicité ? Ce rite de messe,

Pour faire une comparaison avec un drame, cela n’a aucun sens pourquoi l’acte final et l’apogée (le sacrifice du Christ sur la croix) est plus ou moins ignoré dans la pièce, et au lieu de cela, l’avant-dernier acte (le Dîner du Seigneur) est effectué. La suppression phénoménologique du caractère sacrificiel de la Sainte Messe au profit de son caractère de repas est au fond un scandale. Cela ne peut s’expliquer que par le fait que les ennemis de l’Église savaient qu’ils ne pourraient jamais éliminer complètement la Sainte Messe ; ils ont d’abord dû créer une forme plus faible, qui devient de plus en plus faible et, à un moment donné, est assimilée au dévouement protestant traditionnel.

C’est pourquoi les ennemis de la Sainte Mère Eglise, petits et grands, sont contre l’ancienne messe. Même les ecclésiastiques qui voient que sous la nouvelle forme, ils sont entourés de tous côtés par des problèmes pour eux-mêmes, continuent de s’y accrocher.

Le ressort le plus profond de la décision du pape Benoît XVI de « libérer » l’usus antiquior - c’est-à-dire le rite romain historiquement continu de la messe transmis par la tradition - n’était pas simplement la réconciliation avec la Fraternité Saint-Pie X, ou des relations amicales avec des groupes dispersés de traditionalistes. Comme il l’a dit dans sa lettre Con Grande Fiducia, il s’agissait de réconcilier l’Église avec elle-même, avec sa propre histoire et tradition. Ce qu’il a omis de dire, sans doute pour des raisons de diplomatie papale, c’est que c’est son prédécesseur Paul VI qui a fait plus que tout autre pape pour rompre les liens avec l’héritage catholique immémorial dans tous les aspects de la vie de l’Église. Ce n’était pas une simple « mauvaise application » du Concile Vatican II, mais une attaque frontale approuvée par le pape contre le surnaturel ou l’essence et la mission surnaturelles de l’Église du Christ sur terre.

Malheureusement, près de dix ans après le discours de Fribourg, nous pouvons dire que le message du Pape Benoît XVI d’Entweltlichung ou « déworldification » est tombé dans l’oreille d’un sourd, à la fois dans la bureaucratie richement financée de l’épiscopat allemand et dans l’Église au sens large qui continue sur sa manière pas très joyeuse de sécularisation.

Avec l’aimable autorisation de Juventutem DC, nous avons ces statistiques époustouflantes d’Allemagne. Les détails ont quelque peu changé depuis l’annonce initiale de ces plans, mais le fait même qu’ils aient été et soient toujours envisagés nous donne un « portrait du nouveau printemps » effectif :

L’archidiocèse de Fribourg est en train de regrouper 1057 paroisses en 40.
L’archidiocèse d’Utrecht, qui comptait 355 paroisses en 1965 et en est réduit à 280 aujourd’hui, n’en aura que 20 au cours de la prochaine décennie.
Le diocèse de Trèves - le plus ancien d’Allemagne - regroupe 905 paroisses en 35.
Le diocèse d’Essen a réduit le nombre de ses paroisses de 259 à 43.
L’archidiocèse de Luxembourg a réduit le nombre de ses paroisses de 274 à 33.
L’archidiocèse de Berlin réduit le nombre de ses paroisses de 105 à 30 d’ici 2020.

D’un autre côté, depuis la promulgation de Summorum Pontificum en juillet 2007, le nombre de lieux de messe latine traditionnelle (non-FSSPX) en Allemagne est passé de 35 à plus de 150, selon Pro Missa Tridentina. La FSSPX, pour sa part, rapporte 42 sites, un nombre qui n’a cessé de grimper au fil des ans. Il y a, après tout, des pousses vertes dans cet étrange printemps. Ils sont précisément là où le processus de déworldification ne s’est pas installé ou est consciencieusement combattu. »

Source : Peter Kwasniewski

LifeSiteNews

Christ Roi over blog


Statistiques

Dernière mise à jour

jeudi 3 décembre 2020

Publication

1180 Articles
Aucun album photo
Aucune brève
Aucun site
2 Auteurs

Visites

120 aujourd’hui
120 hier
326489 depuis le début
3 visiteurs actuellement connectés