Le christianisme est par définition anticommunautariste puisque son message est universel. Marine Le Pen entérine sa conception laïciste et militante de la religion

mardi 8 février 2022
par  Jean-François
popularité : 28%


Le christianisme est par définition anticommunautariste puisque son message est universel. Marine Le Pen entérine sa conception laïciste et militante de la religion



« Le propos de Marine Le Pen dans Le Figaro, qui a assimilé le « zemmourisme » à un « communautarisme » agrégeant des « chapelles remplies de personnages sulfureux », les « catholiques traditionalistes », les « païens » et « quelques nazis », a provoqué quelques remous à l’intérieur ainsi qu’à l’extérieur du parti. Dans Causeur, elle a reproché à Éric Zemmour de jouer « le communautarisme catholique conservateur contre le communautarisme musulman ».

Ses proches les plus indulgents regrettent une « maladresse » et le choix « malheureux » du terme « traditionalistes ». D’autres sont plus sceptiques. Marine Le Pen n’avait pas prévu de s’étendre sur les catholiques et la laïcité, samedi 5 février, à Reims. Le sujet a parasité sa convention nationale. À son arrivée à Reims, Marine Le Pen a expliqué promouvoir un « idéal d’unité de la France » en conformité avec la ligne de son « parti aconfessionnel ».

« Je n’ai aucun problème avec la chrétienté : notre vision du monde et de l’homme est imprégnée de culture chrétienne, que nous croyions ou pas ».
Et les catholiques traditionalistes ?
« Il y en a au RN, mais ils ne sont pas constitués en chapelle avec l’objectif d’influer sur le projet »
Elle critique Jean-Frédéric Poisson et Christine Boutin, soutiens d’Éric Zemmour qui auraient pour but de « défendre leurs règles religieuses avant les règles politiques ». Du Chirac dans le texte.

Bernard Antony rappelle :

C’est décidément chez elle une vieille obsession de nature complotiste dont on pouvait penser qu’elle s’en était libérée, alors qu’elle l’avait déjà amplement manifestée en avril 2006 dans son livre « À contre-flots » dans lequel on pouvait hélas déjà constater qu’elle était de moins en moins à contre-courant dans l’ordre appelé aujourd’hui « sociétal ». […] Ces ahurissantes et stupides allégations évoquées pour un grand entretien dans cet important quotidien, largement répercutées et commentées à profusion dans les médias, n’aideront sans doute pas les catholiques de conviction à lui pardonner ses positions d’approbation, moins surréalistes mais tragiquement plus contestables, sur les lois « sociétales ». Tout comme, surtout, ses propos bien décevants, politiquement corrects, sur l’islam et l’islamisme entre lesquels elle s’obstine à ne pas voir que, s’il y a des différences de degrés, il n’y a pas de différence de nature. En conclusion, nous pensons que les quelques amis que nous avons toujours au Rassemblement National feront bien de s’employer très vite à effacer l’irresponsable triptyque d’amalgame des catholiques traditionalistes, de païens et de quelques nazis.

Philippe Olivier, son conseiller spécial, tente d’expliquer :

« Nous défendons une laïcité de paix sociale, pas agressive. Quand on défend l’interdiction de tout signe ostensible dans l’espace public, c’est pour tout le monde. Y compris les catholiques. » « Ce n’est pas au président de la République de défendre la chrétienté de la France, pays au passé lourd de guerres religieuses. C’est aux chrétiens de défendre la chrétienté. »

Du côté d’Eric Zemmour, Sébastien Pilard, cofondateur du Mouvement conservateur (ex-Sens commun), précise :

« Éric Zemmour assume de défendre les racines chrétiennes de la France, pas la chrétienté en tant que telle. S’y opposer revient à nier le passé civilisationnel du pays ».

Et Jean-Frédéric Poisson :

« Le christianisme est par définition anticommunautariste puisque son message est universel. Marine Le Pen entérine donc là sa conception laïciste et militante de la religion. » »

Site source :

le salon beige