Seigneur, aide-nous maintenant à être vraiment catholiques et à rester dans la grande vérité, en ton Dieu, et ainsi vivre et mourir

lundi 18 novembre 2019
popularité : 2%


Seigneur, aide-nous maintenant à être vraiment catholiques et à rester dans la grande vérité, en ton Dieu, et ainsi vivre et mourir



La prière de Benoît XVI, pape émérite

Seigneur Jésus Christ,

« Plus de 1900 ans se sont écoulés depuis que vous, le Verbe éternel de Dieu, êtes entré dans le temps et êtes devenu chair - vous êtes devenus hommes. Vous n’avez pas abandonné votre nature humaine comme une robe après l’avoir prise pendant une courte période. Non, jusqu’à ta mort sur la croix, tu l’as assumée, tu l’as traversée et tu l’as subie et tu restes, après t’être relevé, pour toujours. Dans la parabole, vous vous êtes comparé au grain de blé, qui tombe dans la terre et meurt, mais ne reste pas isolé, mais ressort et porte constamment des fruits. Dans la Sainte Eucharistie, vous êtes toujours présents parmi nous, vous vous confiez entre nos mains et dans nos cœurs afin qu’une nouvelle humanité puisse naître. Donc, vous faire de vous un homme n’est pas une expérience lointaine pour nous, mais cela nous affecte tous, nous appelle tous. Aidez-nous à le comprendre de plus en plus. Aidez-nous à vivre et à mourir dans le secret du grain de blé et à contribuer à l’émergence d’une nouvelle humanité.

Avant de quitter ce monde et de retourner chez le Père, puis de revenir parmi nous, vous avez confié à de jeunes hommes la tâche de parcourir le monde et de baptiser les gens au Nom du Père, du Fils et du Saint-Esprit. Et être baptisé fait de nous une nouvelle communauté, votre église. Comme vous l’avez annoncé, votre nouveau corps - qui s’étend à travers le monde - est caractérisé par votre proximité, qui anime le corps lui-même. Mais il est également marqué par notre fragilité, qui n’est surmontée que lentement.

En ce moment de notre histoire, nous vous remercions de la grâce de nous avoir appelés à faire partie de votre église. Nous vous remercions pour les belles et grandes réalités qui se rendent visibles dans le monde à travers elle. Nous vous demandons également de nous aider à faire face aux ténèbres qui, de temps en temps, y sont toujours menaçantes.

Et nous vous en remercions car, depuis soixante ans, notre patrie, le Burgenland, est devenue un épiscopat et est entrée dans la grande famille de Dieu comme une famille unie. À la fin de la Première Guerre mondiale, l’immense territoire de l’Autriche ancienne, qui leurs nombreux peuples, il s’est brisé et a été divisé en plusieurs états [rappelle la fin de l’empire des Habsbourg et du Nord]. Mais notre patrie se trouve où les divisions se dissolvent. Ainsi, notre épiscopat a peu à peu évolué de la présence de réalités individuelles à une nouvelle unité. Sa tâche consiste donc également à agglomérer les différentes langues et les différentes histoires de chaque partie dans une nouvelle unité. Nous vous remercions donc du fait que, grâce aux conseils de bons pasteurs, notre épiscopat est devenu un espace de réconciliation dans lequel la force conciliatrice de votre amour a été rendue visible.

À ce stade, nous pensons tout d’abord aux débuts de la foi dans notre patrie, au moment où vous nous avez envoyé la grande figure de saint Martin, évêque de Tours. Martin est né dans notre pays - la province romaine de Pannonie - et ses origines signifient qu’il nous appartient pour toujours. Suivant le testament de son père, il devint soldat romain et se rendit en Gaule, à l’autre extrême du continent. Il vous a rencontré, Seigneur Jésus-Christ, sous la forme d’un mendiant, et a partagé son manteau avec lui - sa maison, pourrait-on dire - il vous a reconnu dans son cœur. Vous lui avez fait le don d’un grand maître, Hilaire de Poitiers, qui a éclairé son intelligence et l’a ainsi protégé des dangers de l’arianisme. Ainsi, il a été préservé de cette fausse forme de foi chrétienne, qui transmettait aux peuples récemment convertis une image diminuée de Notre-Seigneur et empêchait ainsi l’accès à la grandeur de la vraie foi. Suivant les traces de saint Hilaire, saint Martin est retourné une fois de plus dans son pays, puis en Gaule, où il a exercé le grand ministère de sa vie.

Même aujourd’hui, notre foi est menacée par des changements réducteurs auxquels les modes du monde voudraient la soumettre pour soustraire sa grandeur.

Seigneur, aide-nous en notre temps à être et à rester de vrais catholiques - à vivre et à mourir dans la grandeur de ta vérité et dans ta divinité. Donnez-nous toujours des évêques courageux qui nous conduisent à l’unité avec la foi et avec les saints de tous les temps et montrez-nous comment agir de manière adéquate au service de la réconciliation, à laquelle notre épiscopat est appelé de manière particulière. Seigneur Jésus-Christ, aie pitié de nous ! »

Benoît XVI
Cité du Vatican,
Monastère « Mater Ecclesiae »,
8 juin 2019Chiesa e post concilio

Sites sources :

le Forum catholique

Benedetto XVI blog