Fêtez la France consubstantiellement chrétienne !

mardi 14 juillet 2015
par  Jean-François
popularité : 13%


Fêtez la France consubstantiellement chrétienne !



La France n’est pas née en 1789, elle n’est pas surgie du néant avec la révolution française. Vieille nation, patiemment forgée par le travail des hommes, leur opiniatreté à défendre si souvent leur terre, comme les historiens en rendent compte, depuis le temps des Gaulois, celui des chevaliers et des hommes du peuple à Bouvines en 1214, depuis la terrible guerre de Cent Ans et l’invasion anglaise dont nous délivra sainte Jeanne d’Arc, avant la saignée des guerres de la révolution et de l’Empire, les longs et effroyables combats de la Grande guerre 1914-1918 et ceux, tout aussi affreux, de la seconde guerre mondiale.

La France est le produit du long, difficile et tenace labeur de nos rois qui ont su mettre en place un Etat digne de ce nom, qui ont rassemblé avec constance et amour le territoire aujourd’hui qualifié du terme impropre et réducteur d’« hexagone », qui ont su unifier la Nation autour d’une belle langue, avec notamment l’édit de Villers-Cotterêt en 1539 et la création de l’Académie française en 1635. A la veille de la révolution française, la France était encore la première Nation d’Europe, par son économie, sa richesse et le nombre de ses habitants.

Nos rois de France étaient les rois « Très chrétiens », « Fils aînés de l’Eglise ». Tous n’ont certes pas été exemplaires- et ceux-là l’ont payé très cher, conformément au Testament de Saint Remy-, mais beaucoup furent des plus méritants, certains jusqu’à un haut degré tel Robert Le Pieux ou Louis XIII, un autre jusqu’à la sainteté, tel saint Louis.

La France, évangélisée pour partie dès les premiers siècles de notre ère, le premier même sans doute s’agissant de la Provence, la France confirmée dans la foi chrétienne par le baptême de Clovis, la France rejetant ce faisant l’hérésie arienne et luttant contre ses voisins ariens, la France luttant ensuite avec Charles Martel contre l’invasion arabo-musulmane et y mettant un terme après de longs combats, dont Poitiers fut une étape marquante, la France qui, avec Pépin le Bref, fils de Charles Martel, puis Charlemagne devint le principal soutien de la Papauté, héritière du trône de Saint Pierre, mérita le beau titre de « Fille aînée de l’Eglise ».

Et davantage encore, la France, Royaume de Marie, Marie, Patronne principale de la France depuis Louis XIII et la consécration perpétuelle de la France en 1638 à la sainte Mère de Dieu, la France, Royaume de Marie qui a tant de fois montré son amour et sa sollicitude au peuple français, « Mon peuple » a-t-elle dit, Marie si souvent apparue pour soutenir, encourager, fortifier son peuple dans la foi et la prière, à Cotignac, la Rue du Bac à Paris, Pontmain, La Salette, Lourdes, Pellevoisin, et tant d’autres lieux encore.

Marie, que le peuple de France, a su remercier, honorer et vénérer avec tant de cathédrales du Nord au sud du Pays, toutes admirables, dédiées à « Notre-Dame », de tant de sanctuaires, des plus modestes aux plus sublimes du point de vue artistique, des 1316 lieux de pèlerinages dédiés à la Vierge Marie recensés en 1850, Marie qui a préservé la France déjà à de multiples reprises, notamment durant la Grande guerre, Marie qui a sauvé tant de villes lorsque ses habitants implorèrent son secours, Marie couronnée par l’Eglise en près de 200 lieux en France, Marie présente partout pour la sauvegarde de ses enfants chéris, Marie présente tout au long de la longue et si extraordinaire histoire de France.

Et le Christ Lui-même apparut en France, à Sainte Marguerite-Marie à Paray-le-Monial, dévoilant « ce Cœur qui a tant aimé les hommes, qu’il n’ a rien épargné jusqu’à s’épuiser et se consumer pour leur témoigner son amour » et demandant que tous honorent Son Cœur-Sacré, source d’amour infini.

Oui, les Messages de Notre-Seigneur Jésus-Christ et ceux de Sa très sainte Mère viennent nous encourager dans la prière et l’oraison, nous guider sur le seul vrai Chemin, nous prévenir de ne pas nous égarer dans l’indifférence, l’agnosticisme, le relativisme ou les hérésies de toutes sortes.

Les exemples des saints, si nombreux, si admirables et divers, qui ont fleuri sur le sol de France, sont également là pour nous aider : de saint Cassien de Marseille, saint Plotin et sainte Blandine à Lyon, saint Martin de Tours, sainte Clotilde, sainte Geneviève, sainte Jeanne d’Arc, saint Jean Eudes, sainte Marguerite-Marie Alacoque, saint Vincent de Paul, saint Benoît Labre, sainte Thérèse de l’Enfant Jésus et de la Sainte Face, et tant d’autres magnifiques figures.

Bien des papes successeurs de Saint Pierre, ont souligné la vocation chrétienne éminente et toute spécifique de la France, depuis saint Hormidas, Etienne II, Grégoire IX, Pie IX, saint Pie X, jusqu’au vénérable Pie XII et saint Jean-Paul II.

Oui, la France est née et a grandi avec le christianisme, oui la foi et la religion chrétienne sont indissociables de la France, oui le christianisme est bien consubstantiel à la France et la France ne peut être et rester la France sans le christianisme, qui a été sa nourriture spirituelle, la source de son inspiration, de son dynamisme et de sa mission universelle au service de l’humanité. La France n’est et ne peut être que par et avec le christianisme. Napoléon lui-même, héritier de la révolution française, l’avait bien compris.

Aujourd’hui, la France se délite, se défait, se détruit en grande partie parce que nos élites politiques manquent de culture historique et n’ont plus la foi chrétienne.

C’est pourquoi, il y a lieu, pour chacun de nous, de retrouver ou d’approfondir notre foi chrétienne, de retrouver le chemin de l’église, de la prière et de l’Eucharistie pour ceux qui ont perdu toute pratique chrétienne, de se convertir pour les autres.

C’est pourquoi aussi, il y a certes lieu de fêter la France, le 14 juillet, dans un esprit de réconciliation, puisque l’histoire est ce qu’elle est, mais aussi et surtout, que l’on soit chrétien ou non, de la fêter le 15 août, jour de fête nationale jusqu’à la révolution, jour de la fête de l’Assomption de Marie, Reine de France pour l’éternité et Patronne principale de la France.