Message de Medjugorje sur la France

vendredi 20 mars 2015
popularité : 25%

Message de Medjugorje sur la France
La prière du mois de mars

« Lors des apparition de Medjugorje, il y a eu de nombreux messages de la Vierge sur la France.
Le « phénomène Medjugorje » était à peine connu du monde ; les premiers français commençaient tout juste à fréquenter l’église St Jacques et à se montrer disponibles, en temps et en amour, pour entendre le message de la Reine de la Paix à travers les jeunes visionnaires ou d’autres comme le père Jozo (Lui-même a vu la Vierge). Celui-ci au début des apparitions s’est adressé à eux en ces termes :

"La France, grande Nation, est, par son baptême, responsable pour le monde entier de la foi. Ses missionnaires ont été les premiers en Asie, en Afrique, dans le monde entier.

La France est grande parce qu’elle a une grande Eglise, de grands Saints... Mais que s’est-il passé après le Concile ? La France est devenue un désert spirituel !

La France a perdu son chemin, sa direction ; elle a perdu, semble-t-il, son Prophète. Elle a perdu son orientation, et nous ressentons cela, tous. Je voudrais vous en parler comme un ami, un frère, car je sais que la Sainte Vierge le veut, car je pense qu’Elle est là pour guérir et qu’Elle est un « signe » pour votre Eglise.

Jésus est presque devenu un étranger chez vous. Beaucoup de français l’ont rejeté. C’est pour cela que, par avance, la Vierge a répété partout : « Priez le Rosaire », car le Rosaire veut dire connaître Jésus, aimer Jésus, vivre Jésus.

Moïse avait entendu la voix du Seigneur « N’aie pas peur, ton bâton, je le choisis comme le signe visible de ma Présence avec toi ! » « Touche, par ton bâton cette pierre, et une source jaillira . »Touche par ton bâton cette mer, et elle s’ouvrira !"

C’était le signe de la grâce de Dieu, le signe de la force de Dieu.

Eh bien, ce signe n’est pas perdu ! Ce signe n’est cependant pas conservé au Louvre ! II est passé maintenant dans les mains de l’Eglise. La Sainte Vierge l’appelle le Rosaire, le chapelet.

Le chapelet que tu tiens dans tes mains, c’est le signe de la Présence de Dieu avec toi. Croyez-moi, votre désert peut se changer en oasis. Pour des millions de français ce signe a été perdu ...

En chaque pèlerin français, qui vient ici, la France a un nouveau Moise qui sait tenir le signe avec amour et foi, le signe qu’est le Rosaire... Que se serait-il passé si Moise avait perdu son bâton ? Plus rien ne se serait produit, car le vrai signe, c’est celui que Dieu choisit !

Marie a choisi le Rosaire. Et le Rosaire, cette prière toujours nouvelle, cette puissance de Dieu qui se déverse en nous et fait de nous un seul coeur et une seule âme, ce signe dans tes mains que tu dois mettre en tant d’autres mains... C’EST LE CHAPELET QUI SAUVERA LA France ! Et tous, nous y gagnerons...! "

Certes beaucoup de pèlerins français sinon tous ont répondu présent au discours du père Joso, et se sont accaparés du trésor de Medjugorje, la prière, qui ouvre les portes à la conversion, à la sanctification.

Cependant un trésor doit briller. Enfermé, même s’il est riche, un trésor ne brille pas. Dispersé, il perd de sa valeur. Aveuglant, il fait du mal. Sans Moïse, le peuple ne serait pas sorti de son esclavage ; sans le peuple, Moïse n’aurait pas rendu Gloire à Dieu.

Les « oui, présent ! », constituent les grains du chapelet ; les « Moi, je », même s’ils constituent aussi les grains du chapelet ne sont pas soudés par le fil conducteur qu’est l’Esprit Saint. Dans le message du 25 mai 2001, La Vierge Marie ne dit-Elle-pas : « Petits enfants, vous travaillez beaucoup, mais sans la bénédiction de Dieu. »

St Paul s’explique là-dessus : « Ne faites rien par esprit de rivalité ou par désir inutile de briller, mais soyez humbles les uns à l’égard des autres et que chacun considère les autres comme supérieurs à lui-même. Que personne ne cherche son propre intérêt, mais pensez chacun à celui des autres. » (Philippiens 2,3-4)

Ou encore, (Colossiens 3,4-15 ) « Vous êtes membres du peuple de Dieu ; Dieu vous a aimés et vous a choisis pour que vous soyez à lui. C’est pourquoi vous devez vous revêtir d’affectueuse bonté, de bienveillance, d’humilité, de douceur et de patience. Supportez-vous les uns les autres et pardonnez-vous réciproquement, toutes les fois que l’un de vous a une raison de se plaindre d’un autre. Vous devez vous pardonner comme le Seigneur vous a pardonnés. Et par-dessus tout, ayez de l’amour, ce lien qui vous permettra d’être parfaitement uni. Que la paix du Christ dirige vos coeurs ; c’est en effet à cette paix que Dieu vous a appelés ensemble, comme membres d’un seul corps... »

Nous sommes tous membres du Corps du Christ dont le paradoxe se veut d’associer la diversité et l’uniformité.

Petit, grand, riche ou moins riche dans la grâce de Dieu, nous le sommes, certes, mais sommes-nous tous les enfants de Lumière qui brillent par l’humilité, ces petits enfants dont le Christ a dit : « Laissez-les venir à moi » ?
Qu’est-ce l’humilité ?

L’humilité n’est ni faiblesse, ni humiliation. Elle est nécessaire pour revêtir l’armure du Christ. (cf, St Paul aux Ephésiens 6, 10-20)

Marie en est un pur exemple : Eve est née, amenant le péché et entraînant la chute de l’humanité ; une autre Femme est venue remplacer la première, rachetant la faute avec sa maternité divine. Et ainsi, Marie, par son humilité, a donné la Lumière au monde.
Sommes-nous prêts et disposés encore, à dire à Dieu : « Nous voulons que notre Lumière soit vue à nouveau au delà de nos frontières » ?

Sommes-nous suffisamment riches en Grâce pour permettre à la Fille aînée de l’Eglise de recouvrer le bâton de Moïse ?
Nous t’en prions Seigneur ! »

PRIERE

Vierge Marie, Dieu t’a choisie à travers les âges et missionnée à travers le monde pour conduire tes enfants à ton Fils Jésus, pour les guider vers la sainteté qui est source d’amour, source de vie éternelle.

Comme la France qui porta en son sein tant d’hommes et de femmes zélés qui n’hésitèrent pas à apporter l’Amour de Dieu et à annoncer Sa Parole au-delà de ses frontières, tu es venue, à nouveau, apporter la même semence.

A Medjugorje, sous l’apparence du semeur, tu as une fois de plus semé les grains du Rosaire qui ouvre les portes de la conversion aux cœurs les plus endurcis, te proposant comme toujours d’intercéder auprès de Dieu pour qu’Il nous touche et nous guérisse de cette lèpre de notre corps et de notre âme que sont nos carences envers Sa Loi d’Amour.

Sur des chemins rocailleux, couverts de ronces, nombreux sont ceux qui ont labouré leur cœur pour répondre à ton appel. Ils n’ont eu qu’à saisir ta main tendue, généreusement ouverte pour donner la paix et la joie.

Mais des oreilles sont restées sourdes à ton appel, des yeux sont restés impassibles au miracle de ta présence, des mains se sont fermées, nombre d’actes de charité n’ont pas fleuri au soleil de ton Amour. Et la France, grande par son Baptême, qui fut jadis l’étendard de la sainteté, tant par ses saints que par ses missionnaires, a même semblé insensible à ta Grâce. Vierge Marie, Mère de Miséricorde, ne laisse pas celle qui t’est consacrée s’éloigner davantage de son titre de Fille Aînée de l’Eglise. Aussi, nous te supplions de la délier de toute attache, de toute retenue, de tout compromis, afin qu’elle s’ouvre à ton Appel.

Apporte la concorde à ses bergers, séculiers et religieux, et que Medjugorje, comme l’Etoile de la Nativité, leur montre ton Fils Jésus afin qu’ils soient la voix de tes messages qui nous appellent à la conversion et à la prière. Vierge couronnée d’étoiles, nous t’en prions.

Source

prions pour la France