Appel à la France et au monde

lundi 6 avril 2015
par  Jean-François
popularité : 38%


Appel à la France et au Monde

Comment peut-on mettre sur le même plan les agresseurs, les criminels, en l’occurrence les groupes armés islamistes, et les victimes civiles, désarmées, d’exactions graves qui peuvent s’apparenter à un crime contre l’humanité ou à un génocide  ?



Par Patrick Karam, ancien délégué interministériel, président de la Coordination des chrétiens d’Orient en danger (Chredo)

« Le refus de la RATP d’apposer, sur les supports d’une campagne de publicité pour un concert du groupe vocal Les Prêtres, la mention « Au bénéfice des chrétiens d’Orient », au motif qu’une telle mention s’inscrirait « dans le contexte d’un conflit armé à l’étranger » et constituerait une atteinte au « principe de neutralité du service public » doit être condamné avec la plus grande fermeté.

Comment peut-on mettre sur le même plan les agresseurs, les criminels, en l’occurrence les groupes armés islamistes, et les victimes civiles, désarmées, d’exactions graves qui peuvent s’apparenter à un crime contre l’humanité ou à un génocide  ?

Nous ne pouvons accepter que les chrétiens d’Orient soient considérés comme étant parties à un quelconque conflit armé. Comment peut-on mettre sur le même plan les agresseurs, les criminels, en l’occurrence les groupes armés islamistes, et les victimes civiles, désarmées, d’exactions graves qui peuvent s’apparenter à un crime contre l’humanité ou à un génocide ?

Il y a une spécificité de la question chrétienne en Orient. Contrairement aux autres communautés sunnites, chiites ou encore kurdes, les chrétiens n’ont ni territoire sanctuaire où ils pourraient se réfugier, ni armée ou milice pour les protéger, ni parti politique pour défendre leurs droits à l’exception notable du Liban, ni protecteur international pour les financer et les soutenir. Ils sont les plus vulnérables et abandonnés à la mauvaise conscience de l’Occident.

Au moment de la Pâques chrétienne, le message du Christ ressuscité nourrit notre espoir que ces populations présentes depuis deux millénaires sur les terres de naissance du christianisme survivent une fois de plus à l’ignominie et à l’horreur absolue.

Contrairement aux autres communautés sunnites, chiites ou encore kurdes, les chrétiens n’ont ni territoire sanctuaire où ils pourraient se réfugier, ni armée ou milice pour les protéger, ni parti politique pour défendre leurs droits à l’exception notable du Liban, ni protecteur international pour les financer et les soutenir.

C’est pourquoi, la Coordination des chrétiens d’Orient en danger (Chredo), ses organisations affiliées ainsi que les responsables religieux des Églises d’Orient qui nous soutiennent tiennent à s’adresser aux dirigeants de la France et du monde pour leur demander d’assumer leur responsabilité pour éviter la disparition des derniers chrétiens en Orient et un affrontement entre les civilisations. Cette responsabilité passe ainsi par quatre engagements fondamentaux :

1. Nous appelons la France à obtenir du Conseil de sécurité des Nations unies la saisine de la Cour pénale internationale (CPI) pour génocide et crimes contre l’humanité, et nous appelons les États à soutenir cette saisine. Terroriser les civils, tuer des innocents, massacrer à grande échelle en raison de la religion ou de l’origine, asservir des êtres humains et réduire en esclavage sexuel des femmes, violer les droits, les biens, les lieux de culte sont des crimes contre l’humanité et doivent être condamnés par la communauté internationale.

Nous appelons aussi la France et les États à soutenir concrètement la plainte de la Chredo pour génocide et crimes contre l’humanité déposée en septembre 2014 devant la CPI et qui fait l’objet d’une instruction.

Nous demandons donc aux responsables politiques, aux penseurs, aux journalistes occidentaux de ne pas instrumentaliser ces crimes pour propager des stéréotypes sur l’islam.

2. Nous confirmons que les musulmans et les chrétiens en Orient sont frères, qu’ils appartiennent à un même univers et aux mêmes nations. Ils ont vécu ensemble pendant des siècles. Ils doivent pouvoir vivre avec les mêmes droits et jouir des mêmes libertés.

Nous demandons donc aux responsables politiques, aux penseurs, aux journalistes occidentaux de ne pas instrumentaliser ces crimes pour propager des stéréotypes sur l’islam et remettre en question la position des musulmans dans les sociétés occidentales.

3. Nous faisons appel à tous les chrétiens, nos parents, pour leur demander de rester dans leurs pays d’origine, jusqu’à ce que la vague d’extrémisme dont nous souffrons tous prenne fin. Nous lançons également un appel aux pays du monde entier afin qu’ils accordent des visas d’asile seulement en cas d’extrême nécessité, car l’émigration permet aux forces d’oppression d’écraser et de déstabiliser les États et de démembrer les sociétés civiles. Et parce qu’il ne suffit pas d’appeler les chrétiens d’Orient à demeurer sur leur terre, nous plaidons pour la création d’un fonds d’aide spécifique international à la reconstruction destiné à permettre le retour des chrétiens d’Orient et des minorités sur leur terre. Ce fonds devra prendre en charge la reconstruction des maisons, des écoles, des hôpitaux et des églises. Nous demandons instamment au ministre français qui s’engage à soutenir la demande de la Chredo de concrétiser au plus vite sa promesse par la réunion d’une conférence de donateurs pour mettre en place ce fonds.

Parce qu’il ne suffit pas d’appeler les chrétiens d’Orient à demeurer sur leur terre, nous plaidons pour la création d’un fonds d’aide spécifique international à la reconstruction destiné à permettre leur retour.

4. Nous affirmons que l’Orient, musulmans et chrétiens réunis, considère que la lutte contre l’extrémisme, le radicalisme et le terrorisme, quelles que soient leurs origines et quels que soient leurs objectifs, est la responsabilité de tous. Il n’y a pas d’affrontement entre la chrétienté et l’islam, il n’y a pas de conflit entre les civilisations, ce n’est pas la guerre entre l’Occident et l’Orient. Toutes les civilisations millénaires doivent affronter ensemble, solidairement, la barbarie la plus odieuse et la plus inhumaine : c’est la guerre des civilisations contre la barbarie la plus abjecte.

Nous rappelons que la barbarie et le terrorisme perpétrés par des groupes qui manipulent l’islam concernent toute la communauté internationale, Occident comme Orient ; que plus aucun pays ne pourra dans le futur être à l’abri de telles dérives, soit par l’intrusion de groupes armés sur son sol, soit par des actes terroristes à une échelle jamais atteinte ; qu’il est donc urgent de réaffirmer sans ambiguïté la nécessaire solidarité entre les pays concernés. Nous demandons à la communauté internationale de mettre en œuvre tous les moyens pour éradiquer au plus vite cette gangrène qui menace tous les États de la région, convaincus que plus on tarde et plus les risques pour l’Orient et l’Occident s’aggravent ».