Ne pas faire confiance à l’Islam et ne pas être naïfs

jeudi 26 mai 2016
popularité : 34%


« Ne pas faire confiance à l’Islam et ne pas être naïf au sujet de cette religion »



« Mgr Sharaf affirme que nous ne devrions pas faire confiance à l’Islam
Samedi 21 mai, l’ECLJ a eu le plaisir de tenir une réception et une conférence pour Mgr Nicodemus Daoud Sharaf, l’Archevêque syriaque orthodoxe de Mossoul.

À l’invitation du représentant permanent de la Mission du Saint-Siège à Strasbourg, Mgr Paolo Rudelli et Grégor Puppinck, directeur de l’ECLJ, ces derniers ont reçu l’Archevêque en signe de soutien et afin de lui donner l’occasion de témoigner en France de ce que les chrétiens d’Irak subissent. Il était le dernier évêque à quitter Mossoul en juin 2014, lorsque la ville fut prise par l’État islamique.

Après quelques mots de présentation à la réception dans les bureaux de l’ECLJ, en présence de divers représentants, notamment l’ambassadeur de Pologne, Mgr Nicodemus Sharaf a donné une conférence devant plus de 200 personnes.

Il a d’abord dénoncé le véritable génocide qui dure depuis des années et contre lequel aucune action internationale n’a été prise bien que les pays sont informés heure par heure de l’évolution de la situation. Mgr Sharaf a décrit la situation de son peuple en Irak et a conclu que :

« Nous Syriens, sommes les premiers habitants de cette terre, puis nous sommes devenus une minorité et maintenant nous ne sommes plus que des réfugiés dans notre propre pays. »

Il a demandé aux pays occidentaux et aux institutions internationales d’agir de manière à permettre leur retour dans la plaine de Ninive et de rétablir un foyer chrétien sous protection internationale. Sunnites, Chiites et Kurdes : ils ont tous obtenu leur territoire. Les chrétiens devraient également avoir le leur afin de vivre en paix selon lui. Ils ne souhaitent qu’une chose : pouvoir revenir à Ninive où ils vivaient jusqu’en 2014. La communauté internationale peut arrêter Daech si elle le souhaite véritablement. La création d’un espace sécurisé de retour pour les chrétiens est réalisable si la communauté internationale soutient et protège une telle zone.

« Les chrétiens ne valent pas grand-chose, vous pouvez les tuer, leur vie de vaut rien » a-t-il déclaré avant de décrire les conditions des réfugiés : plus de 5 000 familles sont réfugiées autour d’Erbil, dans le Kurdistan irakien.

Mgr Sharaf a déploré la destruction des familles et des communautés provoquée par ce génocide et cet exode. Il a affirmé que « le démon attaque d’abord les familles pour détruire les hommes et l’église. » Tant que les familles demeurent fortes et unies, l’amour, la vie, la foi et la culture peuvent être transmis, assurant ainsi la survie du peuple et de l’église.

Fait notable, Mgr Sharaf a rapporté qu’aucun musulman ne les a défendus. Même son voisin, à qui il a généreusement fourni de l’électricité pendant des années, a été le premier à détruire sa croix en haut de la cathédrale.

Il a affirmé à toute l’audience que nous ne devrions pas faire confiance à l’Islam et que l’Europe ne devrait pas être naïve au sujet de cette religion. Il a conclu son discours en appelant l’Europe à garder son âme chrétienne et au peuple français : « défendez votre pays sinon ils vont vous le prendre. »

L’ACLJ et l’ECLJ sont profondément déterminés pour acter la reconnaissance internationale du génocide que l’État islamique commet. Nos pétitions de l’ACLJ et de l’ECLJ pour la reconnaissance et la lutte contre le génocide ont rassemblé plus de 574 000 signatures. Le Parlement européen, l’Assemblée Parlementaire du Conseil de l’Europe et l’administration Obama ont reconnu ce génocide. À présent, notre organisation se battra à l’ONU pour la reconnaissance officielle du génocide mais aussi pour que des mesures soient réellement prises afin que les réfugiés chrétiens puissent revenir sur leur terre grâce à une protection internationale. »

Site source à consulter :

Michel Janva

le salon beige