Préparation du Synode des jeunes

samedi 3 février 2018
popularité : 22%


La faute consistant à écarter le scoutisme de la préparation du Synode des jeunes ayant pour thème« Les jeunes, la foi et le discernement vocationnel. »



« L’information a stupéfait l’association des Guides et Scouts d’Europe qui n’a pas hésité, sans langue de buis, à manifester sa désapprobation auprès des évêques de France.

Le scoutisme écarté de la préparation du Synode des jeunes, prévu en octobre 2018 ! L’information a stupéfié l’Association des guides et scouts d’Europe qui n’a pas hésité, sans langue de buis, à manifester sa désapprobation auprès des évêques de France. D’autant plus qu’au nombre des associations invitées à cette session préparatoire figure le désormais célèbre Mouvement des jeunes en milieu rural, dont nous évoquions les curieuses prises de position dans un article récent.

Il faut dire que le thème de ce synode est explicite : « Les jeunes, la foi et le discernement vocationnel. » Un beau thème pour les catholiques, et notamment pour le scoutisme.

Il se dit qu’il y a une quinzaine d’année, l’ancien archevêque de Rouen, invité à une fête de groupe scoute et interpellé par un parent étonné de l’y rencontrer, lui aurait répliqué : « J’ai changé d’avis sur les scouts d’Europe, que je n’aimais pas beaucoup. La moitié de mes séminaristes en sont issus. » De fait, le mouvement suscite de nombreuses vocations sacerdotales. Cela ne semble pas le cas du MJMR, qui a gommé toute référence catholique de sa communication.

On le sait depuis quelques jours, le MJMR s’est singularisé en manifestant publiquement son désaccord sur un point fondamental de la doctrine catholique relative au respect inconditionnel de la vie. Quelques évêques se sont fâchés, et la conférence épiscopale s’est fendue d’un communiqué embarrassé évoquant « une diversité d’approches » dans le cadre de « la liberté de parole ». Certes, le MJMR n’est pas le seul mouvement d’Église à se démarquer ainsi. Mais la logique voudrait qu’il soit écarté de la préparation d’un événement dont le thème est bien éloigné de ses préoccupations socialisantes. Une logique qui ne semble pas avoir effleuré les responsables français…

Pourtant, qui peut dire qu’il ne savait pas au sein de l’Église de France ? Qui peut dire qu’il ne connaît pas les orientations des mouvements « catholiques » ? Qui peut, de bonne foi, soutenir qu’il n’a aucune idée du niveau de fidélité à l’enseignement de l’Église de ces diverses formations ? Comment mettre sur le même plan un mouvement de scoutisme traditionnel, pépinière de vocations, et des associations vaguement chrétiennes qui prônent pour l’une la lutte des classes version 1930, pour l’autre le soutien aux guérilleros sud-américains, pour la troisième le « droit fondamental à l’IVG » ? Nos évêques sont-ils à ce point naïfs ? Ce serait leur faire injure de le penser. Non, la réalité, c’est qu’un certain nombre d’entre eux sont encore issus de l’école dite progressiste et ont la conviction que l’annonce de l’Évangile passe par une action politique militante de gauche. Malgré l’enseignement de l’Église des cinquante dernières années.

Il y a peu de chances pour que le délégué du MJMR soit finalement écarté de la préparation du Synode des jeunes, surtout au profit des guides et scouts d’Europe toujours considérés avec suspicion par de nombreux prélats. Ce serait, pourtant, un geste courageux, un geste fort posé par les responsables de l’Église de France, la reconnaissance humble d’une erreur bien humaine. Ce serait surtout une manière de mettre au premier plan une réalité : l’Église a besoin de vocations, et met à l’honneur les mouvements qui les suscitent.

Cela viendra. Il suffit d’être patient. Longtemps. »

Site à consulter

boulevard Voltaire