Pâques à l’abbaye de Fontgombault

samedi 20 avril 2019
popularité : 33%


Pâques à l’abbaye de Fontgombault



« Vers l’an mil, un ermite, Gombaud, se sanctifiait dans la solitude d’une grotte de la rive gauche de la Creuse, à mi chemin entre Le Blanc et Tournon Saint-Martin.

En 1091, Pierre de l’Etoile, qui était « Maître » des ermites cherchant Dieu en cet endroit sur les traces de Gombaud, décida de fonder sur l’autre rive un monastère régi par la Règle de Saint Benoît.

L’église fut consacrée en 1141. Pendant la Guerre de Cent Ans, l’abbaye fut fortifiée.

Elle fut dévastée au cours des Guerres de Religions, et l’église en partie détruite.

Après six siècles et demi de vie contemplative bénédictine vouée au service de Dieu dans la liturgie, la communauté fut éteinte faute d’effectifs suffisants en 1741.

La Révolution mit à mal les bâtiments, l ’église elle-même servit de carrière pour des constructions et l’empierrement des chemins avoisinants.

Au XIXè siècle, un curé de Fontgombault, l’abbé Lenoir, s’attacha à restaurer l’église et les bâtiments monastiques, fit revenir des moines pour les occuper : des Trappistes de Bellefontaine (1849) puis de Melleray-de-Bretagne (1853). C’est à l’occasion d’une visite à l’abbaye que Charles de Foucauld ressentit un appel à la vie cistercienne qui le conduira à la Trappe de Notre-Dame des Neiges.

Les moines quittèrent l’abbaye en 1903 et, en 1919, s’y ouvrait le séminaire Saint-Martin. En 1948, un essaim de moines de l’abbaye de Solesmes (Sarthe) faisait revivre l’idéal monastique bénédictin à Fontgombault qui redevenir abbaye en 1953.

L’abbaye a fondé les monastères de Randol (Puy de Dôme), de Triors (Drôme). De Donezan (Ariège). De Clear Creek (États Unis) et a repris l’abbaye de Wisques (Pas-de-Calais ).

Notre-Dame du Bien-Mourir

La Vierge murale du XIIè siècle, adossée au bas-côté sud de la nef était autrefois vénérée sous le titre de Notre-Dame de Toutes Grâces. Elle reçut celui de Notre-Dame du Bien-Mourir à la Révolution quand un malheureux, ayant tenté de la profaner, fit une chute dont il mourut, mais en manifestant un profond repentir.

On demande à Notre-Dame du Bien-Mourir, avec la grâce d’une bonne mort, la conversion des pécheurs et la guérison des malades.

La statue a été solennellement couronnée en 1991 par l’Archevèque de Czestochowa.

La vie bénédictine

Saint Benoît, le patriarche des moines d’Occident, vécut en Italie au VIe siècle. Il était l’héritier d’une tradition qui remonte aux débuts de l’Église et qui a sa source dans l’Évangile.

« Pour vous, dit Jésus, vous serez parfaits comme votre Père Céleste est parfait ». Les concepts évangéliques de pauvreté, chasteté et obéissance sont des moyens pour hâter le règne de l’amour dans les âmes en quoi consiste la perfection.

Pour le réaliser, Saint Benoît propose à ses disciples la recherche de Dieu dans ine communauté groupée dans un monastère sous l’autorité d’une Règle et d’un Abbé. Il s’agit pour le moine de désirer la vie éternelle de toute l’ardeur de son âme, de ne rien préférer à l’amour du Christ qu’il s’efforce d’imiter sur les chemins de l’humilité et de l’obéissance.

La clôture, le silence, ont pour but de favoriser la recherche de l’Unique Nécessaire, alors que l’agitation et les bruits du monde ne peuvent que nuire au recueillement de l’âme.

L’Abbé tient dans le monastère la place du Christ. Il est le pasteur qui gouverne la communauté. Élu à vie par les moines, il est vraiment le père de la famille monastique, et c’est ce qu’indique son nom d’Abbé.

La prière du moine trouve son expression la plus haute dans l’Office Divin, qui a son centre dans la Messe et s’épanouit dans les Sept Heures du jour et celles de la nuit.

En dehors de l’Office Divin, le moine s’emploie à la Lectio Divina et au travail manuel. La Lectio Divina est l’étude de la Sainte Écriture et de la spiritualité monastique ; elle s’épanouit en prière. Dans une obéissance aimante à la Volonté de Dieu, les moines se soumettent à la loi du travail manuel qui prolonge l’oeuvre créatrice er permet de subvenir aux besoins de la communauté et du prochain.

Horaires

L’église est ouverte chaque jour de 7h à 13h et de 14h à 19h.

Les offices sont célébrés en latin et chantés en grégorien.

Messes basses entre 6h40 et 7h.
Messe chantée tous les jours à 10h.

Dimanches et fêtes : Vêpres à 18h (sauf le jeudi : 15h45 en été et 18h en hiver).

Les visiteurs ont accès à la partie de l’église située hors clôture. (entre 9h et 13h et entre 14h et 19h). La présence de la communauté monastique ne permet pas de visiter les autres bâtiments.

Fêtes de Pâques

- Samedi saint

21h55 Vigile pascale. Laudes

- Dimanche de Pâques

7h20 Prime
7h55 Messes basses
10H Tierce. Messe pontificale. Sexte
14h50 None
16h30 Vêpres pontificales
20h Complies

Hôtellerie

Pour les retraites spirituelles, s’adresser au Père hôtelier : retraites-fgt@orange.fr

Magasins

Porterie : (ouverture de 9h à 12h45 et de 14h à 18h). Ouvrages : doctrine, spiritualité, vies des saints, art roman. CD de chants gregorien, DVD sur l’Abbaye. Poterie de grès, émaux, icônes peintes.

Magasin de la ferme : produits comestibles et d’artisanat monastique.

Les jours et horaires d’ouverture varient d’un mois à l’autre. On peut les consulter sur place ou les demander à l’accueil du monastère. »

Abbaye Notre-Dame
36220 Fontgombault
Tél : 02 54 37 12 03
Fax : 02 54 37 12 56

Courriel abbaye : monastica-fgt@orange.fr


Statistiques

Dernière mise à jour

vendredi 13 septembre 2019

Publication

857 Articles
Aucun album photo
Aucune brève
Aucun site
2 Auteurs

Visites

6 aujourd’hui
48 hier
137878 depuis le début
1 visiteur actuellement connecté