Notre-Dame de France à Versailles

jeudi 8 octobre 2015
popularité : 38%


Notre-Dame de France
« Si, en union avec mon Divin Fils, j’aime toutes les nations qu’IL a rachetées de Son Sang,vois comme JE chéris tout particulièrement ta chère Patrie... Mon Fils désire que l’on fasse des images et des statues me représentant ainsi et que l’on m’invoque sous le vocable de Notre-Dame de France.
Si l’on répond à ce nouveau désir de Son Divin Coeur,la FRANCE redeviendra tout particulièrement mienne. Je la prendrai à jamais sous ma maternelle protection et Mon Fils se plaira à répandre sur Elle d’’abondantes bénédictions »
« PRIONS POUR LA FRANCE »



En 1877, l’évêque de Versailles confia aux prêtres eudistes l’oeuvre des militaires et on y contruisit une chapelle de styte gothique. Le 8 septembre 1914, en la fête de la Nativité de la Vierge Marie, Marcelle Lanchon, 23 ans, enfant de Marie, reçut la première visite de la Sainte Vierge à la Chapelle des Armées à Versailles. Apparue sous le vocable de Marie, Reine de France, la Vierge renouvela en ce jour le miracle de Pontmain, puisque l’après-midi même, Elle arrêta les Allemands arrivés presque aux portes de Paris.

« Marcelle Lanchon naquit à Rouen, le 31 décembre 1891. Elle appartenait au groupe des Enfants de Marie et fut l’un des premiers membres de la Pieuse Union des Adoratrices du Cœur de Jésus, association fondée avec quelques âmes pieuses, toutes Enfants de Marie, guidées par le chanoine Vaury. Marcelle L anchon devint Sœur Marie-France ; elle mourut de tuberculose le 20 octobre 1933, à l’âge de 41 ans.

L’évêque de Versailles, Mgr Roland-Gosselin, évêque de Versailles depuis 1931, approuva la Pieuse Union des Adoratrices du Cœur Sacré de Jésus. Cette Pieuse Union des Adoratrices du Cœur Sacré de Jésus était une sorte de tiers-ordre. Elle fut autorisée officiellement et approuvée le 29 avril 1939 par Mgr Roland-Gosselin qui permit l’impression de l’image de Marie, Reine de France, et la prière révélée au cours des apparitions, prière qu’il indulgencia. Il reconnut les apparitions de Jésus Roi de France et de Marie Reine de France. Nous allons maintenant parler des apparitions.

Tout d’abord, les apparitions mariales. Le 8 septembre 1914, nous savons que, ce jour-là, la Vierge Marie interdisait aux Allemands d’avancer vers Paris lors de la Bataille de la Marne. Ce même 8 septembre 1914, à 10 heures du matin, Marcelle Lanchon, qui avait 23 ans, priait dans la chapelle de Notre-Dame des Armées (4 impasse des Gendarmes, à Versailles). Soudain, la Mère de Dieu, entourée de sainte Thérèse et de saint Michel lui apparut et lui donna le message suivant :

– Si, en union avec mon divin Fils, j’aime toutes les nations qu’il a rachetées de son Sang, vois comme je chéris particulièrement ta chère patrie. Mon Fils désire que l’on fasse des images et des statues me représentant ainsi, et qu’on m’invoque sous le vocable de Reine de France. Si l’on répond à ce nouveau désir de son divin Cœur, la France redeviendra tout particulièrement mienne. Je la prendrai à jamais sous ma maternelle protection et mon Fils se plaira à répandre sur elle d’abondantes bénédictions.

Puis Marie se mit à prier Jésus-Christ :

– Mon Fils, pardonnez-lui, elle vous aime toujours puisqu’elle n’a jamais cessé de m’aimer.

On ne peut nier que ce message concerne l’amour de la Vierge Marie pour la France, l’invitation à prier pour la France et le désir du Seigneur de régner sur la France.
Au cours de cette même journée du 8 septembre 1914, la Vierge serait apparue une seconde fois « environnée de nuages ». Ses pieds semblaient posés sur la moitié d’un globe terrestre ; le mot « France » était inscrit sur la gauche de la Vierge vêtue d’un manteau bleu orné de fleurs de lys, bordé d’hermine blanche et les mains jointes. Brusquement la Vierge Marie aurait ouvert son manteau, découvrant une robe blanche et une ceinture bleue retombant en écharpe tricolore.

Maintenant, parlons des apparitions du Sacré-Cœur. Le 31 décembre 1914, Marcelle Lanchon assistait au salut du Saint-Sacrement dans la chapelle Notre-Dame des Armées. Soudain le Christ lui apparut debout sur le maître-autel, vêtu d’une tunique blanche et portant les stigmates de sa Passion. Il portait une étole tricolore. Sur le bleu figurait son Cœur surmonté d’une croix et entouré d’une couronne d’épines. Marcelle aperçut sainte Jeanne d’Arc à sa gauche et l’archange saint Michel à sa droite. Jésus dit :

– Je veux voir l’image de mon Cœur peinte sur les drapeaux...

Marcelle, Sœur Marie-France, fit un vœu de victime le 11 juin 1915. Le 20 juin 1915, tandis qu’elle priait dans cette même chapelle, le Christ lui apparut une seconde fois, dans une clarté surnaturelle, vêtu de la même écharpe, ceint d’une couronne d’or ornée de fleurs de lys et d’un manteau de pourpre. Ses pieds reposaient sur un globe terrestre où était écrit le mot France en lettres dorées. Son Cœur, qu’il montrait de la main gauche, « couronné d’épines et sanglant », apparut sur le blanc de l’étole. Sur le rouge était écrit : « Il veut régner sur la France. »

De nombreux fidèles étaient présents dans la chapelle en même temps que Marcelle ; les autorités ecclésiastiques furent prévenues des faits. Mais la Première Guerre Mondiale enterra le dossier et depuis, rien ne fut entrepris. Par ailleurs, très humble, Marcelle voulut que les grâces qu’elle avait reçues restassent ignorées. Seules ses sœurs de La Pieuse Union des adoratrices étaient au courant. C’est grâce au petit journal de la supérieure, Mademoiselle Marie Patron, ou encore Sœur Marguerite-Marie, petit journal rédigé à la demande expresse du chanoine Vaury, que nous connaissons l’histoire des apparitions de Versailles.

Marcelle Lanchon mourut de la tuberculose, âgée de 41 ans, le 20 octobre 1933 dans sa communauté du Chesnay. La Pieuse Union s’éteignit peu à peu, les religieuses mourant les unes après les autres, bien que Mgr Roland-Gosselin l’ait visitée officiellement le 12 décembre 1935, et autorisée officiellement le 29 avril 1939. L’apparition en tant que telle n’a pas fait l’objet de déclarations officielles même si Mgr Roland-Gosselin s’y montrait favorable.

Pour finir, voici quelques paroles de la Vierge Marie rapportées par Marcelle Lanchon, la voyante :

– Si en union avec mon Divin Fils, j’aime toutes les nations qu’Il a rachetées de son Sang, vois comme je chéris particulièrement ta chère patrie...

Et encore :

– Mon Fils désire que l’on fasse des images et des statues me représentant ainsi et que l’on m’invoque sous le vocable de Notre-Dame de France. Si l’on répond à ce nouveau désir de son Divin Cœur, la France redeviendra tout particulièrement mienne, je la prendrai à jamais sous ma maternelle protection et mon Fils se plaira à répandre sur elle d’abondantes bénédictions.

Les apparitions de Versailles n’ont pas encore fait l’objet de déclarations officielles de la part de la hiérarchie catholique. Heureusement Mgr Roland-Gosselin, évêque de Versailles de 1931 à 1952, s’était montré favorable au culte de Notre-Dame de France ».

Paulette Leblanc

Source :

nova évangélisation Notre Dame de Versailles

Prière révélée par la Vierge Marie, à réciter devant la statue de Notre Dame de France lorsqu’elle serait érigée

Ô Marie conçue sans péché, notre bonne Mère qui avez voulu que nous Vous invoquions sous le vocable si consolant à nos coeurs de REINE DE FRANCE, voyez prosternés à Vos pieds vos Sujets malheureux.Ayez pitié de nous, soyez notre Avocate auprés de Votre divin Fils, notre Roi bien aimé.Nous savons que nous l’avons grandement offensé, outragé même, que nous avons méprisé ses commandements, foulé aux pieds les saintes lois de Son Eglise ; mais nous savons aussi, Ô aimable Souveraine, que Vous êtes toute puissante sur le Coeur de ce Roi d’amour qui ne demande lui meme qu’à pardonner ; obtenez nous donc cette Paix nationale et individuelle tant désirée de tous pour la plus grande gloire de Votre cher Fils.Ainsi soit il !

Marie s’est de nouveau montrée à Marie-France le 8 octobre 1916,comme pour confirmer la première apparition.

La chapelle Notre-Dame des Armées à Versailles

La chapelle est animée par l’association canonique Saint Jean Bosco et appartient au secteur paroissial de Versailles. On y célèbre la liturgie romaine de 1962.
Désormais, la chapelle Notre Dame des Armées offre à ces fidèles une vie quasi-paroissiale sous la responsabilité d’un chapelain et de prêtres nommés par l’évêque de Versailles. Ainsi que l’a rappelé Monseigneur Aumônier lors de sa visite le 30 septembre 2001, cette communauté est une part de l’Église diocésaine de Versailles.

Chapelle Notre Dame des Armées à Versailles
4 impasse des Gendarmes
78000 Versailles
Tél. 01 30 83 95 40

Ouvrage à consulter

Les apparitions de Versailles, Editions Pierre Tequi.

Sites à consulter

apôtres amour Versailles

Marie de Nazareth Versailles 8 septembre 1914

asoimage Notre Dame de Versailles