Fête de l’Exaltation de la Sainte Croix

lundi 14 septembre 2020
popularité : 5%


La Fête de l’Exaltation de la Sainte Croix



Alors Jésus dit à ses disciples : « Si quelqu’un veut marcher à ma suite, qu’il renonce à lui-même, qu’il prenne sa croix et qu’il me suive. »
Matthieu 16:24

« La Fête de l’Exaltation de la Croix célébrée dans l’Église catholique romaine et dans l’Église orthodoxe remonte à la « dédicace de Constantinople », peu après la fondation de la ville par Constantin 1er.

La ville de Constantinople détenait une relique de la Vraie Croix qui avait été découverte à Jérusalem par sainte Hélène, la mère de l’empereur Constantin, lors de son pélerinage de 325 sur l’emplacement du Golgotha, le lieu où le Christ fut crucifié et mis au tombeau. L’habitude fut prise par la suite chaque année d’organiser une grande procession à travers la ville, avec ostension de la relique.

Plus tard, en 613 les Parthes Sassanides s’emparèrent de tout le Moyen-Orient (Syrie, Palestine, Egypte). En 614, ils avaient pris Jérusalem et emporté la relique de la Croix à Jérusalem. Maintes églises avaient flambé, parmi lesquelles, celle de la Résurrection, bâtie par Constantin. D’innombrables couvents avaient été détruits, les moines et les moniales dispersés. Trésors sacrés, étoffes rares, vases d’or et d’argent, tout avait été expédié vers les capitales iraniennes. La Sainte Croix enlevée du Saint-Sépulcre avait été envoyée en trophée à Ctésiphon. On parlait de 60.000 morts, 37000 chrétiens emmenés en esclavage, parmi lesquels le patriarche Zacharie. Les Perses n’avaient rien respecté hormis à Bethléem, la basilique de la Nativité, à cause disait-on, de la mosaïque de l’« Adoration des Mages », où ils avaient reconnu leurs costumes nationaux. Peu après, arrivèrent à Constantinople deux reliques que le préfet d’Egypte avait pu sauver, la Sainte Lance et l’Eponge de la Passion. En 619, Alexandrie tomba et l’Egypte fut abandonnée.

Alors que le patriarche Serge de Constantinople déclarait la guerre sainte contre les Perses, l’empereur romain d’Orient Heraclius, « le premier croisé » (Daniel-Rops), lança alors une formidable contre-offensive en 622, en Palestine, d’où il parvint à chasser les Parthes, ainsi que de toute l’Asie Mineure (Turquie actuelle), de l’Égypte et de la Syrie.

« C’est bien à une croisade que nous assistons ici, écrit René Grousset, croisade s’il en fut jamais, puisque les armées chrétiennes s’ébranlent à la voix du chef de l’Église (de Constantinople NdCR.) et qu’elles ont pour objectif la délivrance du Saint Sépulcre et la reconquête de la Vraie Croix. » « Non, dit le patriarche, tu n’as pas le droit d’accepter que la Sainte Croix du Christ soit à Ctésiphon un objet de risée ! » Au même moment, l’empereur perse Chosroès II écrivait à Héraclius une lettre insultante : « Tu prétends mettre en Dieu ta confiance ; alors pourquoi donc n’a-t-il pas sauvé de mes mains Césarée, Jérusalem et Alexandrie ? S’il me plaisait, ne détruirais-je point aussi bien Constantinople ? Quant à ton Christ, ne te laisse donc pas abuser par un vain espoir en lui : il n’a même pas été capable de se sauver lui-même des main des Juifs qui le crucifiaient ! » (Daniel-Rops, Histoire de l’Eglise du Christ, tome III L’Eglise des temps barbares, Librairie Arthème Fayard, Editions Bernard Grasset, Paris 1965, p. 267, 269)

À l’été 622, pendant que la flotte byzantine gardait le détroit du Bosphore contre les Sassanides, Héraclius commença par fondre sur la Galatie et la Cappadoce (Asie Mineure) ; là à Issos, près de la bataille où le grand Alexandre livra la bataille, il passa l’été en manoeuvres avant de battre le général perse Shahrbaraz à l’automne. Il rejeta les Perses sur l’Euphrate, franchit d’un bond l’Arménie, se lança en plein pays perse, prit Erevan, vengea le sac de Jérusalem en incendiant le temple mazdéen de Tabriz. En 627, il prit Tiflis, traversa l’Arménie, envahit l’Assyrie, écrasa la meilleure armée perse près d’Arbèles, au lieu même où Alexandre avait vaincu le Grand Roi. Épuisée, la Perse demanda grâce. Partout des villes sacrées des Mazdéens flambaient. Enfin, le 25 février 628, la nouvelle éclata : détrôné par son propre fils, le dernier Grand Roi venait d’être exécuté dans la « maison des ténèbres ».

Heraclius ramène la Vraie Croix à Jérusalem

En 629, Héraclius résolut de ramener la relique de la Vraie Croix à Jérusalem. Avant de quitter Constantinople, il vint à l’église les pieds chaussés de noir, en esprit de pénitence ; il se prosterna devant l’autel et pria Dieu de seconder son courage ; enfin il emporta avec lui une image miraculeuse du Sauveur, bien décidé à combattre avec elle jusqu’à la mort. Le Ciel aida sensiblement le vaillant empereur : son armée courut de victoire en victoire ; une des conditions du traité de paix fut la reddition de la Croix de Notre-Seigneur dans le même état où elle avait été prise en 614. Reçu à Constantinople par les acclamations du peuple, on alla au-devant d’Heraclius avec des rameaux d’oliviers et des flambeaux. La vraie Croix fut honorée, à cette occasion, d’un magnifique triomphe.

Quand Héraclius fut arrivé dans la Cité Sainte en 630, il chargea la relique sur ses épaules ; mais lorsqu’il fut à la porte qui mène au Calvaire, il lui fut impossible d’avancer, à son grand étonnement et à la stupéfaction de tous : « Prenez garde, ô empereur ! lui dit alors le patriarche Zacharie ; sans doute le vêtement impérial que vous portez n’est pas assez conforme à l’état pauvre et humilié de Jésus portant sa Croix. » Héraclius, touché de ces paroles, quitta ses ornements impériaux, ôta ses chaussures, et, vêtu en pauvre, il put gravir sans difficulté jusqu’au Calvaire et y déposer son glorieux fardeau.

Pour donner plus d’éclat à cette marche triomphale, Dieu permit que plusieurs miracles fussent opérés par la vertu de ce bois sacré. À la suite de ces événements fut instituée la fête de l’« Exaltation de la Sainte Croix », pour en perpétuer le souvenir.

Cependant, la même année 630, Mahomet conquit La Mecque dont les habitants adoptèrent la doctrine. En 638, menés par le calife Omar, son successeur, les musulmans s’emparaient pour la première fois de Jérusalem. La cité sainte ne sera récupérée pour la Chrétienté qu’en 1099 lors de la première Croisade. Les Francs s’établiront dans ces vieilles terres chrétiennes qui avaient été enlevées aux chrétiens par les invasions armées arabes au VIIe siècle. La ville de Jérusalem sera de nouveau prise par les musulmans conduits par Saladin en 1187. Elle reviendra sous contrôle chrétien suite aux tractations de l’empereur Frédéric II de Hohenstaufen, mais le Lieu saint fut définitivement perdu en 1244 avec la prise de la ville par les musulmans Kharezmiens. Milieu XIIIe siècle, la cité sainte où le Christ fut crucifié et mis au tombeau devint définitivement musulmane et le resta jusqu’au XXe siècle, où les Juifs disputèrent aux musulmans la souveraineté sur la ville.

Entretemps, le bois de la Croix avait été partagé en trois grandes parts, elles-mêmes fractionnées, pour Jérusalem, Constantinople et Rome. Ce qui restait du morceau de Jérusalem fut caché pendant l’occupation musulmane et ne réapparut que lorsque la ville fut récupérée par les Croisés en 1099. Ceux-ci s’en servirent comme étendard, de sorte qu’il fut pris par Saladin à la bataille d’Hattin (1187) et ne fut rendu qu’après la prise de Damiette (1249) pour être partagé entre certains croisés dont Sigur de Norvège et Waldemar de Danemark.

En 1205, un crucifix (le crucifix de l’église Saint-Damien à quelques centaines de mètres d’Assise, sur le chemin de Spolète,) parla à S. François d’Assise et fut à l’origine de sa mission évangélisatrice. François, qui s’était arrêté pour prier devant le crucifix en bois peint dans la tradition byzantine, la tradition a conservé la prière que le jeune homme qui cherchait sa voie adressa à Dieu en s’agenouillant devant cette image :

"Ô Dieu haut et glorieux illumine les ténèbres de mon coeur. Donne-moi la foi droite, l’espérance certaine et la charité parfaite, le sens et la connaissance, Seigneur, pour que, moi, je fasse ton saint et véridique commandement. Amen.

Une voix l’interpella :

« François, va réparer ma maison, qui, tu le vois, se détruit tout entière. » (Legenda major, de S. Bonaventure)

La Sainte-Chapelle

Le 14 septembre 1241, le saint roi Louis IX alla solennellement au-devant des reliques de la Passion qu’il avait achetées à l’empereur de Constantinople : c’étaient un morceau de bois de la Vraie Croix, le fer de la lance, une partie de l’éponge, un morceau du roseau et un lambeau du manteau de pourpre. Elles furent déposées à la Sainte-Chapelle en 1248.

La Révolution de 1789 marque la disparition de la Sainte Relique.

Le 25 avril 1794, la Vraie Croix était dépouillée des matières précieuses qui l’ornaient et sa trace se perd. Néanmoins il reste alors des reliques du bois de la Croix et un clou de celle-ci dans le Trésor de la sacristie de la cathédrale Notre-Dame de Paris.

Aujourd’hui, la fête de l’Exaltation de la Sainte Croix revêt des significations plus spirituelles

Elle symbolise la présence de la Croix à l’intérieur des chrétiens. Elle figure la divine Trinité (un Dieu en trois personnes) qui s’exprime par le signe de croix, par lequel le chrétien rassemble trois doigts (pouce, index, majeur), symbole de l’indissociabilité de la Trinité, et les appose sur son front et sur son coeur, puis sur ses épaules, de droite à gauche chez les orthodoxes, ou de gauche à droite chez les catholiques romains. »

Sources : [1] [2], [3], [4] ; Daniel-Rops, Histoire de l’Eglise du Christ, tome III L’Eglise des temps barbares, Librairie Arthème Fayard, Editions Bernard Grasset, Paris 1965, p. 267, 269.

Site source :

Christ Roi over blog


Statistiques

Dernière mise à jour

vendredi 18 septembre 2020

Publication

1123 Articles
Aucun album photo
Aucune brève
Aucun site
2 Auteurs

Visites

14 aujourd’hui
123 hier
314844 depuis le début
3 visiteurs actuellement connectés