Bienheureux pape Urbain V

lundi 21 septembre 2015
par  Jean-François
popularité : 4%


Bienheureux pape Urbain V (1310-1370)



Abbé de Saint-Germain d’Auxerre, puis de la grande abbaye Saint-Victor de Marseille, Guillaume Grimoard, né en 1310 dans le Gévaudan, grand juriste et connaisseur du droit canon, fut élu pape en 1362. Il apprit son élection à Naples, alors qu’il était en mission pour le pape Innocent VI.

Sixième pape installé en Avignon, il eut à cœur de faire revenir la papauté à Rome. Il réalisa ce grand dessein, favorable à l’unité de l’Eglise. Toutefois, sentant sa fin venir, il revint en 1370 en Avignon rendre son âme à Dieu afin que le conclave devant élire son successeur puisse se réunir en toute sérénité, à l’abri des troubles qui sévissaient encore à Rome. Ce fut donc son successeur, le pape Grégoire XI, qui acheva le processus engagé de retour en la ville lieu du martyr de saint Pierre et saint Paul.

Urbain V fut un grand pape bâtisseur à Avignon même, au bénéfice de la cathédrale de Mende en Lozère actuelle, qu’il fit reconstruire. Il contribua à restaurer et à sauver le Mont Cassin et Saint Jean de Latran à Rome. Aimant la nature et les arbres, il créa les jardins du Vatican.

C’est à l’occasion des travaux qu’il fit diligenter à Saint-Jean de Latran que les chefs de Saint Pierre et Saint Paul furent retrouvés et purent ainsi être honorés en bonne place à Saint Pierre de Rome.

L’Eglise doit également à ce grand pape un retour de la cour pontificale, de certains prélats et autres religieux à une plus grande simplicité et à une vie plus conforme aux saints Evangiles. Il conduisit les évêques et abbés à résider dans leurs diocèses ou abbayes, et à revenir à l’observance de leur règle.

Son exemple demeure, à plusieurs titres. Il fut en effet sans cesse à la recherche de la paix entre les Nations, alors que sévissait alors la guerre de Cent Ans. Il oeuvra également en faveur du rapprochement des églises chrétiennes d’Orient et d’Occident, à la réconciliation des schismatiques et à la conversion des infidèles. Il favorisa les collèges, créant celui de Montpellier. Il encouragea les universités et créa celles deCracovie et de Vienne en 1364 et 1365, ainsi que celles de Genève et Pecs en Hongrie.

Ses efforts pour l’évangélisation des peuples furent multiples. Il envoya de nombreux missionnaires partout en Europe et jusqu’en Asie. Il envoya un légat à Pékin et fonda le premier évêché de Chine.

Les requêtes en vue de sa béatification furent nombreuses, mais la procédure fut interrompue par le grand schisme d’Occident et tardivement reprise. Urbain V ne fut béatifié qu’en 1870 par le pape Pie IX. Il se voulut simple moine toute sa vie et fut le seul pape d’Avignon à avoir été béatifié. Ses reliques peuvent encore être honorées à Marseille, en l’église Saint-Victor où elles reposent. (bien que son tombeau, à Saint-Victor de Marseille, ait été détruit pendant les troubles de la révolution et que son corps n’ait pas été retrouvé).

La cause d’Urbain V en vue de sa canonisation continue à être portée. Citons l’association des amis du Bienheureux Urbain V, présidée par Mgr Le Gall, archevêque de Toulouse :

« Tant par l’oecuménisme que l’humanisme qu’il a développés, la vie du bienheureux Urbain V a favorisé l’essor de la spiritualité chez les hommes et les femmes de son époque ainsi que la diffusion de l’instruction à travers toute l’Europe.

De plus, outre le désir de ramener la papauté d’Avignon à Rome, parmi les trois grands projets qu’il avait en montant sur le trône de saint Pierre, figuraient le souhait de réformer les moeurs et de propager la foi catholique. Les valeurs qu’il développa pour atteindre ces objectifs restent parfaitement d’actualité en ce début du XXIe siècle et font d’Urbain V encore un modèle pour notre temps »

Chant au Bienheureux Urbain V

R/ D’avignon vers Rome,
bienheureux Urbain V,
successeur de Pierre,
vous avez avez sans cesse oeuvré
pour l’unité de l’Eglise.

Chercheur de Dieu par tout chemin
de l’Orient à l’Occident,
théologien si prés de Dieu
vivant toujours la charité.

Disciple et fils de saint Benoit
valorisant la pauvreté,
portant l’habit bénédictin,
et dans la vie et la mort.

En proposant l’enseignement
universel offert à tous,
l’enseignement du Bien commun
préfégurant la paix du Christ.

En bâtissant ce beau rempart,
plaçant la Vierge en son sommet
parmi les fleurs et les couleurs
autant de force et de beauté.

En découvrant à Rome au coeur
les chefs martyrs de Pierre et Paul
signe donné par le Sauveur
pour son Eglise et son Pasteur.

Antienne composée par l’abbaye Saint Victor en 1381

approuvée par le pape Clément VIII en 1553
Bienheureux Urbain V,

Sage réformateur du clergé
et des ordres religieux,

Défenseur intrépide des droits
et de la liberté de l’Eglise,

Ardent propagateur de l’évangile
parmi les nations infidèles,

Priez pour nous.

Prière d’intercession auprès du Bienheureux Urbain V

Seigneur Notre Dieu
Nous vous rendons grâce pour le serviteur
que vous avez placé autrefois à la tête de l’Eglise
le bienheureux Urbain V,
qui a vécu sous la motion de Votre Esprit Saint.

Vous l’avez suscité pour qu’il soit
le sage réformateur du clergé,
qu’il défende les droits et la liberté de l’Eglise
et propage l’évangile parmi les nations infidèles.

Faites que sa mission porte du fruit encore aujourd’hui ;
nous vous en supplions, accordez-nous la grâce
que nous demandons par son intercession,
et si telle est votre volonté,
daignez glorifier Votre serviteur
par Jésus le Christ Notre Seigneur.

Ainsi soit-il.

A consulter

pape Urbain V

le forum catholique

et plusieurs ouvrages dont :

Urbain V le Bienheureux, par Yves Chiron, aux éditions Via Romana.

d’Avignon à Rome, le Bienheureux pape Urbain V par Catherine Bertrand-Gannerie, aux éditions Téqui.