Frère Salomon Leclercq, saint martyr de la Révolution française

dimanche 16 octobre 2016
popularité : 19%


Frère Salomon Leclercq, saint martyr de la Révolution française



« Canonisé avec six autres bienheureux, ce dimanche 16 octobre 2016 par le Pape François, Salomon Leclercq est un frère des Écoles chrétiennes qui fut exécuté lors des « massacres de septembre », en 1792, pour avoir refusé de faire allégeance à l’État et être resté ainsi fidèle à sa vocation.

L’Institut des Frères des Écoles chrétiennes est né dans les années 1680-1685, sous l’impulsion de Jean-Baptiste de La Salle, chanoine de Reims, et a pour vocation de donner une éducation chrétienne aux « enfants des artisans et des pauvres ».

Frère Jean-Paul Aleth, visiteur provincial de France des Frères des Écoles chrétiennes, revient avec Hélène de Vulpian sur la vie du Frère Salomon Leclercq et sur la manière dont ce nouveau saint s’inscrit pleinement dans l’institution à laquelle il a consacré toute son énergie

Le Pape François a annoncé lundi 20 juin 2016, lors d’un consistoire ordinaire public, que cinq nouveaux saints seront canonisés le dimanche 16 octobre 2016. Parmi eux, les Français Salomon Leclercq et Elisabeth de la Sainte Trinité. Salomon Leclercq (1745-1792) est une victime de la Révolution française, mort en martyr pour avoir refusé de prêter le serment de constitution civile du clergé. Elisabeth de la Sainte Trinité (1880-1906) avait choisi de s’abandonner à l’amour trinitaire.

Né en novembre 1745, Guillaume-Nicolas-Louis Leclerq reçoit le prénom de Salomon en entrant chez les frères des écoles chrétiennes en 1767. Professeur puis maître des novices, il refuse de prêter le serment de constitution civile du clergé qui, après le renversement de la monarchie, donnait à l’Etat le contrôle sur l’Eglise de France. Le religieux vit dans la clandestinité à Paris avant d’être arrêté en août 1792 et enfermé à la prison des Carmes. C’est là qu’il est exécuté à coups d’épée lors des massacres de septembre, avec 190 autres ecclésiastiques. Salomon Leclercq a été béatifié en 1926 par le Pape Pie XI.

Une guérison a été reconnue comme due à l’intercession du bienheureux Salomon (Nicolas Leclercq), frère des Ecoles chrétiennes, martyr de la Révolution française (1745-1792) : elle est survenue au Venezuela.

Né à Boulogne, le 14 novembre 1745, et entré au noviciat le 25 mars 1767, Frère Salomon était, en 1790, secrétaire du Frère Agathon, Supérieur général, rapporte le site des Frères des écoles chrétiennes.

Il refusa de prêter le serment de Constitution civile du clergé, un refus passible d’exil, d’emprisonnement et même de mort. La plupart des Frères refusèrent et durent abandonner leurs écoles et leurs communautés et se cacher, l’Institut n’ayant plus de statut légal.

Il vivait alors seul à Paris dans la clandestinité. Il reste de lui de nombreuses lettres qu’il écrivit à sa famille. La toute dernière date du 15 août 1792. Ce jour-là, il fut arrêté et emprisonné au Couvent des Carmes, avec de nombreux évêques, prêtres et religieux.

Le 2 septembre, avec 190 autres ecclésiastiques prisonniers, il fut massacré à l’épée dans le couvent et son jardin. Le frère Salomon est le premier Frère des Ecoles chrétiennes martyr et aussi le premier à avoir été béatifié, le 17 octobre 1926, par le pape Pie IX, avec 188 de ses compagnons martyrs. Il est à présent, depuis le 16 octobre 2016, le premier martyr de la révolution française, à être canonisé.

Sa fête est célébrée le 2 septembre, en même temps que celle des Frères martyrs des Pontons de Rochefort, morts 2 ou 3 ans plus tard. »

Sites à consulter

radio vaticana deux nouveaux saints français

zenit canonisations Elisabeth de la Trinité et de Salomon Leclerq

nominis cef saint Salomon Leclerq