Saint Bernard de Clairvaux

jeudi 20 août 2015
popularité : 29%


Saint Bernard, abbé et docteur de l’Eglise (1090-20 août 1153)



« A quoi pouvait rêver dans l’éclat de sa jeunesse le fils de Tescelin, chevalier du duc de Bourgogne, et de dame Aleth de Montbard, si bonne chrétienne ? de chasses ou de tournois ? de chants de guerre ou de galantes conquêtes ? En tous cas, certainement pas de vie monastique comme il en fera le choix à l’âge de vingt-trois ans. D’autant qu’il entraînait avec lui une trentaine de jeunes en quête d’absolu...

Dès 1115, après trois années de vie monastique à Citeaux, Bernard est envoyé à Clairvaux pour y fonder l’abbaye dont il restera père-abbé jusqu’à sa mort. Mais loin de rester cloîtré il parcourt les routes d’Europe devenant, comme on a pu l’écrire, « la conscience de l’Église de son temps ». Il vient plusieurs fois à Paris, à Saint Pierre de Montmartre, à la chapelle du Martyrium, à la chapelle Saint Aignan où il vient prier souvent devant la statue de la Vierge qui se trouve maintenant à Notre-Dame de Paris.

Sa correspondance abondante avec des princes, des frères moines ou des jeunes gens qui requièrent son conseil ne l’empêche pas de se consacrer à la contemplation tout autant qu’à l’action directe dans la société de son temps. Infatigable fondateur, on le voit sur sa mule, traînant sur les routes d’Europe sa santé délabrée et son enthousiasme spirituel. Sa réforme monastique l’oppose à l’Ordre de Cluny dont il jugeait l’interprétation de la règle de saint Benoît trop accommodante. A sa mort, en 1153, ce sont trois cent quarante-trois abbayes cisterciennes qui auront surgi du sol européen.
Illustration : enluminure - ville de Troyes-en-Champagne - Bernard de Clairvaux (1090-1153)

A lire : Le sens de la permanence du peuple juif pour saint Bernard - Abbaye de Cîteaux, Joël Regnard, ocso.
St Bernard vint dans notre région en provenance de l’abbaye de Cîteaux. Lassé de la richesse de cette dernière, il s’installa avec quelques frères moines dans des lieux retirés tels que Loc-Dieu, Sylvanès, Bonneval, Bonnecombe, Aubrac. (diocèse de Rodez en Aveyron - deux mille ans d’histoire)
« les cisterciens, en essor sous l’impulsion de Bernard de Clairvaux, s’implantent à Clermont et à Bellebranche (1152) puis à Fontaine-Daniel (1205) » (Les abbayes médiévales : essor et déclin de la vie monastique - diocèse de Laval)

Canonisé dès 1174, il est déclaré docteur de l’Église en 1830 par le pape Pie VIII.

Evocation de saint Bernard de Clairvaux par le pape Benoît XVI

Au cours de l’audience générale, le 21 octobre 2009, le Pape Benoît XVI a évoqué la figure de Bernard de Clairvaux (1090-1153), considéré comme le dernier Père de l’Église car il relança et rénova la théologie des Pères des premiers siècles. Né en Bourgogne, il entra à vingt ans au monastère de Citeaux, et le troisième abbé, saint Etienne Harding, l’envoya fonder en 1115 celui de Clairvaux, dont il devint l’abbé. Il « y introduisit une vie sobre et mesurée à tout point de vue, nourriture, habillement, bâtiments, tournée également vers l’assistance aux pauvres ». Ce fut le succès de Clairvaux, dont la communauté ne cessa de grandir et d’essaimer. « Bernard entretint une vaste correspondance et composa de nombreux sermons et traités. A partir de 1130, il s’intéressa aux graves problèmes qui affectaient l’Église et la papauté. Il combattit aussi l’hérésie cathare dont les fidèles dépréciaient le Créateur en méprisant la matière et le corps. Il condamna la montée de l’anti-sémitisme et défendit les juifs ».

Benoît XVI a ensuite indiqué que les aspects majeurs de la doctrine de saint Bernard regardaient Jésus et Marie. « S’il n’apporta pas d’orientations nouvelles à la recherche théologique, il s’est révélé être un théologien contemplatif et mystique » pour qui « la connaissance de Dieu est une expérience profondément personnelle du Christ et de son amour ». Ceci est valable pour tout chrétien car la foi est avant tout recherche de l’amitié de Jésus. Bernard ne doutait pas non plus que l’on parvient à Jésus par Marie. Ainsi souligna-t-il « la place privilégiée de la Vierge dans l’économie du salut, due à la participation de la Mère au sacrifice du Fils ». Les réflexions de saint Bernard, a ajouté le Saint-Père, « interpellent justement, aujourd’hui encore, théologiens et croyants. Trop souvent on entend résoudre par la seule force de la raison les questions fondamentales sur Dieu, l’homme et le monde. En se fondant sur la Bible et les Pères, Bernard montre que sans une foi profonde, alimentée par la prière et la contemplation... toute réflexion sur les mystères de Dieu risque de n’être qu’un simple exercice intellectuel sans la moindre crédibilité. La théologie conduit à la science des saints, à leurs intuitions des mystères et à leur sagesse, don de l’Esprit, référence de toute pensée théologique... au final, le modèle le plus authentique du théologien et de l’évangélisateur est l’apôtre Jean, qui appuya sa tête sur le cœur du Maître ». (source : VIS 091021 410)

Mémoire de saint Bernard, abbé et docteur de l’Église. Né en Bourgogne, il entra à vingt-deux ans, avec trente compagnons, au monastère de Cîteaux, fonda ensuite, sur le territoire de Langres, le monastère de Clairvaux, dont il fut le premier abbé, dirigeant ses moines, avec sagesse et par son exemple, sur le chemin de la perfection. Il parcourut l’Europe pour rétablir la paix et l’unité et fut pour l’Église entière une lumière par ses écrits et ses conseils. Il mourut, épuisé, dans son monastère en 1153 ».

Martyrologe romain

Source :

nominis Saint Bernard de Clairvaux

Les 900 ans de l’abbaye de Clairvaux

L’abbaye de Clairvaux, située à Ville-sous-la-Ferté, dans l’Aube (région Champagne-Ardenne), à quinze kilomètres de Bar-sur-Aube, fut fondée par saint Bernard en 1115. Nous célébrons en 2015 le 900e anniversaire de cette fondation, qui, avec La Ferté, Pontigny, et Morimond, forme le groupe des quatre filles « majeures » (premières fondations) de Cîteaux, qui est la toute première abbaye de l’ordre cistercien.

L’abbaye de Clairvaux fut la plus féconde de toutes les abbayes cisterciennes, en raison principalement du charisme de Saint Bernard. Elle fonda ou incorpora à l’ordre cistercien quatre-vingts abbayes filles directes, et plus trois cent cinquante abbayes filles en tout, à travers toute l’Europe.

Vendue comme bien national à la révolution, une fois les moines dispersés, elle devint prison d’Etat en 1804 et ses bâtiments furent alors transformés en une institution pénitentiaire française, la maison centrale de Clairvaux.

Au cours des dernières décennies, d’importants travaux de restauration ont été entrepris, permettant des visites des lieux et permettant de suivre un nouveau parcours de visite qui permet de découvrir chacune des trois grandes périodes de l’architecture de l’abbaye. Les récentes restaurations architecturales, et notamment celle du réfectoire-chapelle du XVIIIe siècle après celle du bâtiment des convers, donnent des écrins somptueux aux concerts proposés.

L’association Renaissance de l’abbaye de Clairvaux organise diverses festivités, dont des concerts en l’abbaye (réfectoire des moines, dortoir des convers, parties réhabilitées de l’abbaye et non occupées par la prison) les 25, 26 et 27 septembre 2015 (programme complet et modalités d’inscription en fichier joint).

Lire et relire saint Bernard

Pensées de saint Bernard :

Jésus Marie Bernard pensées

Traité de l’Amour de Dieu :

Jésus Marie traité de l amour de Dieu

Les douze prérogatives de la Vierge Marie :

Jésus Marie les douze prérogatives de la Vierge Marie

Mœurs et devoirs des évêques :

Jésus Marie Moeurs et devoirs des évêques

Traité des degrés de l’orgueil :

Jésus Marie traité des degrés de l orgueil

Traité sur la conversion :

Jésus Marie traité sur la conversion

Templiers :

Jésus Marie templiers

Sites à consulter

Clairvaux une année de commémoration

abbaye de Clairvaux

wikipedia abbaye de Clairvaux

Jésus Marie Bernard de Clairvaux sermons


Documents joints

PDF - 1.9 Mo