Daniel Hamiche, serviteur de Dieu

vendredi 4 décembre 2020
popularité : 10%


Daniel Hamiche, serviteur de Dieu (1947-2020)



Daniel Hamiche, né le 1er octobre 1947, journaliste, blogueur, essayiste, éditeur catholique français, royaliste légitimiste, est parti vers le Père Eternel le 29 novembre 2020.

Il est de ceux que l’on est heureux d’avoir rencontré dans sa vie. Pour ma part, je l’avais rencontré la première fois à Radio Courtoisie, pour une émission dédiée à un collège catholique hors contrat dont j’étais à l’époque le directeur. J’en garde un excellent souvenir, tant sa gentillesse, son humour bienveillant, son empathie et sa recherche incessante du Bien commun, étaient manifestes.

Il eut un magnifique chemin de conversion, dont témoignait sa foi profonde et agissante. Il fut un grand défenseur des chrétiens persécutés dans le monde.

Il est parti rejoindre tous ceux qui nous ont quitté, en cette douloureuse année 2020, notamment le docteur Dor, inlassable défenseur de la Vie, Pierre Deporte, qui a collaboré à ce site et avait enseigné dans le collège catholique hors contrat ci-dessus évoqué, des amis membres de l’association Lourdes cancer Espérance et tant de nos frères de la rue, sans logis.

Les funérailles de Daniel Hamiche ont lieu samedi 5 décembre à 11h30, en l’église de Notre-Dame du Travail à Paris XIVe dont il était un paroissien actif. La messe sera célébrée par le P. Philippe Perruchot. L’inhumation aura lieu au cimetière de Bagneux. RIP.

Guy Barrey

Daniel Hamiche

Daniel Hamiche fait partie dans les années 70 du mouvement maoïste français. Il s’intéresse alors au théâtre de la Révolution française, étudiant notamment dans son ouvrage Le Théâtre et la Révolution les pièces Charles IX de Marie-Joseph Chénier et Le Jugement des rois de Sylvain Maréchal. Son engagement le conduit ensuite à se tourner vers l’écrivain Lu Xun (Lou Sin), dont il présente deux volumes d’essais. Dans son introduction, il défend la thèse officielle du gouvernement chinois d’un Lu Xun « maoïste ». Il s’y félicite de l’élimination de Liu Shaoqi lors de la Révolution culturelle et intervient dans la polémique entre les sinologues Michelle Loi et Simon Leys (Pierre Ryckmans), attaquant violemment ce dernier. Il abandonne toutefois le maoïsme au profit du légitimisme lorsqu’il se convertit au catholicisme, au début des années 1980.

Royaliste, Daniel Hamiche fonde et édite la revue Bourbons Magazine et la Feuille d’Information Légitimiste, devenue par la suite Le Légitimiste. Il est notamment l’auteur de La Passion de Mel Gibson de A à Z (Sicre, 2004), le traducteur de Kinsey le corrupteur, de Kinsey en quelques questions-réponses et d’Être consommé de William Cavanaugh (Éditions de L’Homme Nouveau, 2007).

Il est aussi rédacteur dans diverses revues. Il intervient notamment dans L’Homme nouveau, pour lequel il est également verbicruciste, dans Objections5, dans Le Choc du mois, dans le mensuel de Paul-Marie Coûteaux, dans Monde & Vie et dans L’Indépendance6.

Il rédige le blogue Americatho, qui rend compte de l’actualité religieuse aux États-Unis. Il est également rédacteur en chef du site internet de réinformation Riposte-catholique, dont le directeur de publication est Guillaume de Thieulloy.

Il est également président fondateur de l’« Amitié catholique France-États-Unis » et secrétaire-général de l’association Les Amis de Chesterton.

De 1993 à 2007, Daniel Hamiche assiste régulièrement Serge de Beketch dans son Libre Journal de la France courtoise, sur Radio Courtoisie. À cette date, il prend la direction du Libre journal de Chrétienté (où il est lui-même assisté d’Adélaïde Pouchol9), qu’il préfère quitter en 2016, par désapprobation du « comportement insensé » d’Henry de Lesquen. En 2016, il peut donc coanimer, avec Guillaume de Thieulloy, l’émission religieuse Terres de mission sur « TV Libertés ». En septembre 2018, il devient le cinquième chroniqueur et premier chroniqueur laïc de l’émission Le Club des hommes en noir, animée mensuellement par Philippe Maxence, sur le site de L’Homme nouveau.

Publications :

• Le Théâtre et la Révolution : La Lutte de classes au théâtre en 1789 et en 1793, UGE, coll. « 10-18 » (no 801), 1973, 317 p., 18 cm (notice BnF no FRBNF35235114) — en appendice : Charles IX, par Marie-Joseph Chénier et Le Jugement dernier des rois, par Pierre Sylvain Maréchal.
• La Passion de Mel Gibson de A à Z, Éditions Sicre, 2004, 169 p., 21 cm (ISBN 978-2-914352-61-1, notice BnF no FRBNF39146166, présentation en ligne [archive]).
• L’Imposture de l’Évangile de Judas : Contre-enquête, Éditions de L’Homme nouveau, coll. « Sur le vif », 2006, 37 p., 21 cm (ISBN 978-2-915988-06-2, notice BnF no FRBNF41081772, présentation en ligne [archive]).
• Les Oratoires européens, Paris, Éditions de L’Homme nouveau, 2007, 26 p., 21 cm (ISBN 978-2-915988-16-1, notice BnF no FRBNF41199858).
• Fraternité Saint-Pierre : Le Dynamisme de la Tradition, Éditions de L’Homme nouveau, 2008, 28 p., 14 cm (ISBN 978-2-915988-18-5).
• Français et Mission : Cinq Saints : Cinq Continents, Éditions de L’Homme nouveau, 2008, 36 p., 21 cm (ISBN 978-2-915988-22-2, présentation en ligne [archive]).
Traductions
• Susan Brinkmann (trad. Daniel Hamiche et Claude Mahy), Kinsey le corrupteur, Éditions de L’Homme nouveau, 2005, 108 p., 21 cm (ISBN 978-2-915988-00-0, notice BnF no FRBNF39974537, présentation en ligne [archive]).
• William T. Cavanaugh (trad. de l’anglais par Daniel Hamiche et Denis Sureau), Être consommé : Une critique chrétienne du consumérisme, Paris, Éditions de L’Homme nouveau, 2007, 163 p., 22 cm (ISBN 978-2-915988-14-7, notice BnF no FRBNF41187305, présentation en ligne [archive]).

Source : Wikipédia

Homélie pour les obsèques de Daniel Hamiche le 5 décembre 2020 en l’église Notre-Dame du Travail

Belle homélie pour les obsèques de Daniel Hamiche le 5 décembre 2020 en l’église Notre-Dame du Travail (source : L’homme nouveau) :

homme nouveau