Saint Mamert

lundi 10 mai 2021
popularité : 6%


Saint Mamert et les Rogations



Lundi des Rogations

« Le lundi des Rogations était une férie majeure, les deux autres jours des Rogations des féries simples. On pourra se reporter aux commentaires des Litanies Majeures du 25 avril.

A la suite de calamités publiques qui s’abattirent au Ve siècle sur le diocèse de Vienne, en Dauphiné, S. Mamert établit une procession solennelle de pénitence les trois jours qui précédaient la fête de l’Ascension. Par une prescription du concile d’Orléans de 511, cet usage se répandit dans le reste de la France. En 816, Léon III l’adopta pour Rome et il fut bientôt étendu à l’Église entière. Les litanies des Saints, les psaumes et oraisons que l’on y chante, sont des prières de supplication ; de là leur nom de Rogations. Sans cesser d’implorer les bénédictions de Dieu pour toute la vie de l’Église, les Rogations sont devenues principalement, à cette époque de l’année, une prière pour obtenir l’abondance des fruits de la terre. En signe de pénitence, on emploie la couleur violette et on n’allume pas le cierge pascal.
Le chant des litanies a donné son nom à ces trois jours de prières publiques ; mais Rome ayant déjà une procession analogue le 25 avril, les Rogations prirent le nom de Litanies mineures.

Les litanies des Saints sont un admirable type d’oraison ; ce sont de très courtes oraisons jaculatoires et dialoguées. A 1’école de 1’Église, apprenons a prier.
Toute la messe montre l’efficacité de la prière du juste quand elle est humble, confiante et persévérante. Élie par sa prière ferma et ouvrit les cieux (Ep.) et Notre-Seigneur nous montre par deux paraboles que Dieu donne son Esprit-Saint a celui qui le lui demande, parce qu’il est bon (Ev., All.). Dans nos afflictions mettons en Dieu notre confiance et Il nous exaucera comme il exauça Notre-Seigneur et l’exalta (Intr., Off.). »

Site source :

Introibo

Saint Mamert, l’un des trois saints de glace

« Le 11 mai, l’Église fête saint Mamert, l’un des trois saints de glace. À l’origine des Rogations, prières lancées à Dieu pour lui demander sa protection, il pourrait bien inspirer encore aujourd’hui.

Le 11 mai, les Français célébreront – en principe sobrement – la première étape du déconfinement et l’Église fera mémoire de saint Mamert, connu pour être l’un des saints de glace au côté des saints Pancrace et Servais, fêtés quant à eux les 12 et 13 mai, très populaires chez les jardiniers. Cet évêque de Vienne (actuelle Isère) du Ve siècle est connu pour avoir institué la prière des Rogations à la suite de plusieurs tremblements de terre, inondations et sécheresses.

Une protection contre les calamités

Du latin rogare (prier, demander), il s’agit de prières adressées à Dieu afin de lui demander un climat favorable ou une bénédiction du travail des champs en vue des récoltes à venir… Bref, une protection contre les calamités en tout genre. Vous voyez le tableau ? Face aux éléments contraires, le bon Mamert, vert avant l’heure, a donc fait organiser trois jours consécutifs de processions dans les champs pour demander au Ciel que cessent ces fléaux.

Le pape Léon III a ensuite rendu lesdites Rogations obligatoires dans toute l’Église au IXe siècle. En France, elles sont encore pratiquées dans certaines zones rurales, traditionnellement les lundi, mardi et mercredi qui précèdent l’Ascension. Cette tradition de l’Église bien vivante de demande de protection semble étonnamment d’actualité aujourd’hui. »

Site source :

Aleteia