« Les musulmans doivent se remettre en cause et réfléchir sur une nouvelle et nécessaire interprétation du Coran aujourd’hui quasiment interdite »

vendredi 4 décembre 2015
popularité : 2%


« Les musulmans doivent se remettre en cause et réfléchir sur une nouvelle et nécessaire interprétation du Coran aujourd’hui quasiment interdite »



« Les massacres islamistes à Paris le 13 novembre ont monopolisé la scène médiatique si longtemps – même et surtout quand les radios et télévisions n’avaient plus aucune information nouvelle à transmettre, on aurait dit qu’il fallait néanmoins « occuper » l’antenne même pour ne rien dire ! – que l’on peut se demander s’il y a encore quoi que ce soit à ajouter. Beaucoup de choses pertinentes ont été lues ou entendues, mais noyées au milieu d’un embrouillamini de commentaires et témoignages indigents, si bien qu’il n’est peut-être pas inutile de rappeler quelques points essentiels au risque de n’être pas très original.

Une évidence semble désormais assez largement partagée : nous sommes en guerre ! Le 7 janvier n’avait pas suffi pour le faire comprendre, il a fallu un massacre supplémentaire pour que le Président lui-même en prenne conscience. Certes, il ne s’agit pas d’une guerre classique, armée contre armée, mais d’une guerre asymétrique contre un ennemi protéiforme et insaisissable qui est bien décidé à nous détruire. Si nous sommes en guerre, il faut en tirer les conséquences, à commencer par nommer l’ennemi (cela n’empêche pas de prier pour lui), qui n’est pas « le terrorisme » dû à quelques individus dérangés du cerveau, mais l’islamisme issu de courants musulmans reconnus qui ont pignon sur rue : salafisme, wahhabisme, Frères musulmans… Et ces islamistes ne sont pas les enfants des injustices sociales ou autres explications pseudo-marxistes d’un autre âge, ils trouvent dans l’islam radical une cause à leur mesure, ils sont rationnels, organisés et nous vouent une haine viscérale qui nous oblige à nous défendre en les éliminant !

Bien évidemment, il ne faut pas stigmatiser l’ensemble des musulmans – on aimerait toutefois un peu plus de réactions et de solidarité de leur part ! –, la majorité souffre de ces crimes abjects, mais il ne faut cependant pas se voiler la face : tous les terroristes sont des musulmans et c’est bien en tant que musulmans qu’ils nous attaquent et veulent notre mort, notre anéantissement !

Or, la peur de l’islamophobie empêche de bien comprendre cette réalité et bloque toute réflexion, tout vrai débat sur ce qu’est l’islam – de même que l’on raillait ceux qui craignaient que des terroristes se cachassent parmi les « réfugiés », cela faisait tache dans le tableau, hélas ! ce fut bien le cas. Affirmer sans cesse que « cela n’a rien à voir avec l’islam », comme on nous l’a sans cesse répété dans le passé, ou « refuser, comme l’affirme le communiqué du groupe “Concorde et Solidarité” de Lyon, les amalgames qui pourraient être faits entre terrorisme et religion musulmane », empêche les musulmans de se remettre en cause et de réfléchir sur une nouvelle et nécessaire interprétation du Coran aujourd’hui quasiment interdite.

Les musulmans seuls peuvent réformer l’islam et on ne les aide pas en niant le réel : l’islamisme est bien une partie minoritaire de l’islam, même s’il n’en est évidemment pas le tout (et à voir certaines réactions, on ne peut ignorer la popularité des islamistes dans une partie du monde musulman). C’est aussi la seule façon d’aider les musulmans courageux qui acceptent de voir le mal et réfléchissent à la façon d’évacuer cette violence insupportable, présente aussi bien dans certains versets du Coran que dans la vie de Mahomet, le « bel exemple » pour tout musulman.

Face à la menace islamiste, la réaction des Français a été digne. On ne peut que se réjouir de la volonté unanimement affichée de ne pas céder à la peur et plus encore d’affirmer fièrement nos valeurs et nos modes de vie face à la barbarie de nos ennemis. Mais n’est-ce pas là que le bât blesse ? Quel est le mode de vie que nous voulons défendre ? Celui consumériste, matérialiste, hédoniste qui mène droit au nihilisme et qui n’a rien à offrir d’exaltant et d’alternatif aux futurs djihadistes de nos territoires ? Et quelles sont ces valeurs que nous plaçons si haut ? Faire des guerres injustes et absurdes derrière les États-Unis (Irak, Libye…), ignorer la pauvreté croissante, détruire toute morale en promouvant l’avortement, l’euthanasie, le « mariage » gay, la GPA-PMA, les manipulations génétiques… ?

Il y a comme une incohérence chez certains chrétiens à prétendre préserver notre mode de vie quand c’est justement ce que les papes nous exhortent à remettre en cause ? La liberté et la défense de la dignité de la personne humaine, oui, ce sont là de nobles causes, mais c’est précisément ce que nous bafouons par la transgression de l’humain et la chape de plomb insupportable d’une pensée unique, alors même que le pouvoir est confisqué par l’oligarchie de l’argent !… »

Christophe Geffroy

Source :

La Nef N°276 de décembre 2015

la nef