Le Vœu National d’un sanctuaire dédié au Sacré-Cœur

mardi 3 février 2015
par  Jean-François
popularité : 37%


Le Vœu National de l’édification d’un sanctuaire
dédié au Sacré-Cœur



La France comptait 28 millions d’habitants en 1789. Les français guillotinés, massacrés pour leur foi, leurs convictions politiques, leur origine sociale, réelle ou supposée, le quasi génocide vendéen, les guerres de la Révolution et de l’Empire qui en sont la conséquence, ont causé, selon l’historien René Sédillot, environ 2 millions de morts, soit un chiffre comparable à celui des deux guerres mondiales réunies. A cette hécatombe s’ajoutèrent les pertes humaines imputables à la guerre franco-prussienne de 1870 mais aussi une instabilité politique chronique tout au long du XIXe siècle et une déchristianisation marquée depuis la tourmente et la terreur révolutionnaires. Les erreurs de Napoléon III en 1870 entraînèrent non seulement sa chute, mais aussi celle des Etats Pontificaux, l’invasion en profondeur de la France et sa défaite.

C’est dans ce contexte très lourd, alors même que l’insurrection de la commune de Paris n’avait pas encore débuté, qu’en décembre 1870, émergea l’idée d’un vœu national en vue de l’édification d’une église dédiée au Sacré-Cœur de Jésus, en réparation des fautes commises, en signe d’expiation nationale et de retour à la foi. « C’est un ex-voto monumental que la France toute entière va réaliser, par le soutien officiel des représentants du peuple, ainsi que par les contributions économiques, les prières et la visite en pèlerinage de chaque fidèle », observe l’historien Michel Rodriguez.

Rédigé en janvier 1871, le texte du Vœu National est approuvé un an plus tard par le cardinal Guibert, archevêque de Paris, qui retient la colline de Montmartre comme lieu d’érection du sanctuaire. En 1873, la démarche engagée par Alexandre Legentil et Hubert Rohault de Fleury se concrétisa par le vote par la chambre des députés du projet de construction. En juin 1874, l’architecte Paul Abadie remporta le concours public du meilleur projet de construction de la Basilique. Ce n’est qu’en 1912 que la Basilique fut achevée et, du fait de la Grande guerre, qu’en 1919 qu’elle fut consacrée par le cardinal Amette, sous la présidence du cardinal Vico, légat du pape Benoît XV.

Ainsi, sur cette colline de Montmartre, lieu des martyrs des premiers chrétiens et de celui de saint Denis, premier évêque et martyr de Paris, en ce lieu de pèlerinage où vinrent prier les parisiens pour la délivrance du roi François 1er, fait prisonnier à Pavie, sur cette colline de Montmartre où saint Ignace de Loyola, saint François-Xavier et leurs compagnons fondèrent la Compagnie de Jésus, la France repentante et priant Dieu, vint déposer ce Sanctuaire dédié au Sacré-Cœur de Jésus, à ce Cœur qui a tant aimé les hommes, à ce Cœur qui aime la France et qui attend son retour et sa conversion, qui attend ceux de chacun de ses fils et de ses filles, afin que nul ne reste égaré.

Le texte du Vœu placé dans la Basilique de Montmartre est le suivant :

« En présence des malheurs qui désolent la France et des malheurs plus grands peut-être qui la menacent encore.

En présence des attentats sacrilèges commis à Rome contre les droits de l’Eglise et du Saint Siège, et contre la personne sacrée du vicaire de Jésus Christ.

Nous nous humilions devant Dieu, et réunissant dans notre amour l’Eglise et notre patrie, nous reconnaissons que nous avons été coupables et justement châtiés.

Et pour faire amende honorable de nos péchés et obtenir de l’infinie miséricorde du Sacré Cœur de Notre Seigneur Jésus Christ le pardon de nos fautes, ainsi que les secours extraordinaires qui peuvent seuls délivrer le Souverain Pontife de sa captivité et faire cesser les malheurs de la France nous promettons de contribuer à l’érection, à Paris, d’un sanctuaire dédié au Sacré Cœur de Jésus. »

Sites à consulter


Sacré Coeur
crh


Le Voeu National